Cover

La Bourse de Milan a réagi positivement au moment où les sondages de sortie des urnes dessinaient une large victoire du centre-gauche, avant de s’effondrer (- 4%) quand les chiffres ont confirmé qu’il serait impossible de former un gouvernement stable, entraînant dans sa chute d’autres places boursières en Europe ainsi que la parité euro-dollar.

Une fois encore, le risque politique sème la panique sur les marchés. Le tristement célèbre “spread”, qui mesure la différence de taux de rendement entre les obligations d’Etat italiennes et allemandes, s’est déjà envolé de 327 points.

Dans une telle situation d’urgence, le Trésor italien devra affronter aujourd’hui la mise sur le marché de quelque 8,75 milliards d’euros d’obligations à 5 ans.