Cover

“Humilier, déshabiller, menacer – l’interrogatoire à la britannique”,titre le Guardian, qui révèle comment “l’armée britannique a entraîné les personnes qui mènent les interrogatoires des prisonniers de guerre" en Irak à "des techniques qui comprennent les menaces, la privation sensorielle et la nudité forcée”. Des documents postérieurs à 2003 et restés secrets "expliquent aux interrogateurs qu'ils doivent viser à provoquer l'humiliation, l'insécurité, la confusion, l'épuisement, l'angoisse et la peur chez les prisonniers qu'ils interrogent, et suggèrent les moyens pour y parvenir", ajoute le quotidien. Des pratiques qui constituent “une violation apparente des conventions de Genève. "Les pratiques de détention et d'interrogation des militaires britanniques sont de plus en plus critiquées", souligne le journal qui rappelle que plusieurs militaires britanniques accusés d'avoir tué des civils irakiens font l'objet d'une enquête.