Cover

Le tribunal de Silivri, près d’Istanbul, a condamné 19 personnes, dont l’ancien chef d’Etat major İlker Başbuğ et le journaliste Tuncay Özkan, à la réclusion à perpétuité pour leur rôle dans l’affaire Ergenekon. Il s’agissait, selon le pouvoir, d’un complot nationaliste visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdoğan par des attentats et des opérations de propagande, dans les années 2000.

Dans ce que Hürriyet qualifie d’“un des plus importants procès de l’histoire de la Turquie”, le tribunal a aussi condamné trois élus du Parti républicain du peuple (opposition), à des peines allant de 12 à 35 ans de prison. Des dizaines d'autres condamnations à la prison ont été prononcées ainsi que 21 acquittements. Au total, 275 personnes s’étaient retrouvées sur le banc des accusés.

Le journal appelle au “sang froid et au respect de la justice”, après les protestations qui ont éclaté devant la prison de Silivri. Tout en défendant la légitimité du procès, “approuvé en décembre 2011 par la Cour européenne des droits de l'Homme”, le quotidien émet toutefois de sérieux doutes quant aux preuves concernant la culpabilité de plusieurs condamnés, qui n'ont jamais vraiment été étayées.