L’ancien tandem de choc de la politique allemande s’affronte désormais sur le champ énergétique. D'un côté, Gerhard Schröder, ancien chancelier devenu lobbyiste pour le compte du géant russe Gazprom; en face, Joschka Fischer nommé conseiller sur le projet de gazoduc Nabucco. "Le tuyau de Fischer est plus long que celui de son ancien chef", constate Die Zeit. Le gazoduc qui doit relier la mer Caspienne à l'Autriche en passant par la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie "mesure 3300 kilomètres contre 1200 pour le Nord Stream dans la mer Baltique", ironise l’hebdomadaire. "Tandis que l’ex-chancelier souhaite rapprocher le marché ouest-européen à celui de la Russie, son ex-numéro deux travaille, lui, à saper l'hégémonie énergétique de Moscou". Pour être rentable, Nabucco devra par ailleurs transporter du gaz iranien, ce qui va donner l'occasion à Fischer, ancien ministre des Affaires étrangères, de mettre à profit son expérience, notamment "après les violences de ces dernières semaines".