"... Là, on vous prévient pour la toute, toute, toute, toute, toute, toute, toute dernière fois ... !!" Sur la sacoche : "Occident"

Crime sans châtiment ?

Avec l’attaque chimique présumée du 21 août, le conflit syrien a franchi un nouveau palier. En Europe et en Occident, des voix condamnent, certaines commencent à évoquer une intervention militaire. Pourtant, rien ne semble plus pouvoir empêcher "que le conflit dégénère en guerre régionale", selon le Guardian.

Publié le 23 août 2013 à 15:12
"... Là, on vous prévient pour la toute, toute, toute, toute, toute, toute, toute dernière fois ... !!" Sur la sacoche : "Occident"

Il ne fait presque aucun doute que des armes chimiques ont été utilisées à la Ghouta, dans l’est de Damas, et que, contrairement aux attaques précédentes, elles ont causé de lourdes pertes. Qu’il y ait eu des centaines, ou plus d’un millier de morts, comme le prétendent les rebelles, c’est l’une des plus terribles attaques chimiques depuis que Saddam Hussein avait bombardé les Kurdes à Halabja il y a 25 ans, un incontestable défi au serment du président américain Barack Obama, qui avait averti, il y a un an, que le recours avéré à des armes chimiques ou biologiques modifierait ses "calculs".
De même, l’identité des coupables de cette atrocité ne fait guère de doute. Le gouvernement syrien a reconnu qu’il avait déclenché une grande offensive dans la zone, or, l’armée de Damas est la seule force à disposer des moyens d’utiliser des armes chimiques à une telle échelle. Les renseignements occidentaux ont calculé qu’il faudrait déployer 60 000 hommes pour prendre le contrôle des douze dépôts d’armes chimiques d’Assad. Il faut beaucoup de sarin, s’il s’agit bien de l’agent utilisé, pour tuer autant de gens. L’attaque dans le métro de Tokyo avait fait treize morts.
Reste cette question : pourquoi ? Dans le rôle du défenseur attitré de la Syrie, la Russie a qualifié cette attaque de provocation planifiée à l'avance, puisqu'elle a eu lieu à moins de dix kilomètres de l'hôtel où venaient d'arriver les inspecteurs de l'ONU.

Options de riposte

Quatre explications sont possibles : un chef militaire syrien qui aurait agi de sa propre initiative, ce qui est peu probable ; un ordre d'Assad convaincu qu'Obama ne réagirait pas ; ou une décision destinée à accentuer la pression sur les rebelles qui malgré leurs pertes à Qusair et Homs contrôlent toujours la moitié du pays. Quatrième explication : une offensive qui aurait mal tourné, et qui aurait fait plus de morts que prévu.
[[Les options de riposte sont toutes mauvaises]]. La France et la Turquie appellent à une intervention militaire, et la Grande-Bretagne ne veut pas l'exclure — peut-être des frappes aériennes contre des dépôts de missiles et des avions qu'Assad n'aimerait pas perdre. Il n'y a aucune chance que ce dernier permette aux inspecteurs de l'ONU d'étendre leur zone d'investigation à plus de trois sites limités. De même, dans la mesure où Damas est un protégé de la Russie et de la Chine, il est peu probable que le Conseil de sécurité donne des pouvoirs suffisants aux inspecteurs. La Syrie va devoir simplement jouer la montre, circonscrire l'équipe d'inspecteurs à un périmètre restreint et laisser les preuves matérielles se dégrader, ce qui se produit rapidement dans une zone de combats.
Par ailleurs, on peut douter que des frappes aériennes constituent une dissuasion. Le général Martin Dempsey, chef de l'Etat-major interarmes, a déclaré devant le Congrès que même si les Etats-Unis intervenaient, aucun groupe rebelle modéré n'était prêt à assurer la transition. Le conflit pourrait alors dégénérer en guerre régionale. Cette attaque chimique n'est peut-être pas la dernière.

Vu de Paris

Il faut réagir

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail, chaque jeudi

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a évoqué la nécessité d’"une réaction de force" si les faits sont avérés après l’attaque chimique présumée du gouvernement syrien contre un faubourg de Damas, le 21 août, rapporte Le Figaro. Le ministre a toutefois exclu une intervention au sol.

Le quotidien conservateur révèle par ailleurs qu’"une offensive anti-Assad" est en cours dans le sud de la Syrie contre le président syrien :

Un premier groupe de 300 hommes, sans doute épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, ainsi que par des hommes de la CIA, aurait franchi la frontière le 17 août. Un second les aurait rejoints le 19. Selon des sources militaires, les Américains, qui ne veulent ni mettre de soldats sur le sol syrien, ni armer des rebelles en partie contrôlés par les islamistes radicaux, forment discrètement depuis plusieurs mois, dans un camp d'entraînement installé à la frontière jordano-syrienne, des combattants de l'Armée syrienne libre, triés sur le volet.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !