Opinion Commerce et droits humains

L’Europe doit faire preuve de davantage d’unité face à la Chine

La meilleure réponse contre le récit autoritaire de la Chine est de s'assurer que la démocratie et l'unité en Europe et chez l'allié américain soient toujours d'actualité pour tous, estime Michael Göbbel depuis Pékin.

Publié le 23 novembre 2020 à 16:10

“L’Allemagne souhaite de tout cœur l'unification de l'Europe", rétorquait le chancelier Konrad Adenauer en 1950 aux critiques américaines sur l'intégration européenne. Le monde a radicalement changé depuis lors. L'appétit de l'Allemagne pour la poursuite de l'unification européenne est au plus bas et les Etats-Unis ont perdu le capital politique nécessaire pour critiquer les autres. Mais l'unité européenne est plus importante que jamais : la Chine, avec son modèle économique dirigé par l'Etat, représente un récit attrayant pour combler le vide laissé par les Etats membres européens. 

"Cela a cessé depuis longtemps d'être une simple question d'économie. La Chine développe une alternative systémique complète au modèle occidental qui, contrairement au nôtre, n'est pas fondée sur la liberté, la démocratie et les droits de l'homme individuels". Sigmar Gabriel, l'ancien ministre allemand des Affaires étrangères, est entré dans le vif du sujet. La Belt Road Initiative, le programme phare de la politique étrangère chinoise, et le format 17+1, une initiative visant à promouvoir les relations commerciales entre la Chine et l'Europe centrale et orientale, ne sont pas tant des défis économiques que des provocations idéologiques.

Le protocole d'accord entre l'Italie et la Chine visant à approfondir les liens économiques et culturels est plus une question de forme que de fond. Le port grec du Pirée trébuche continuellement sur la résistance populaire et parlementaire. Et la proposition du président chinois Xi Jinping de créer un canal Danube-Oder-Elbe en République Tchèque ne se concrétisera très probablement jamais. 

Grâce à la myriade de réglementations de l'Union européenne, aux normes environnementales strictes et à la concurrence publique acharnée pour l'obtention des contrats, les entreprises chinoises ont du mal à rivaliser dans le contexte des investissements européens. La disponibilité de fonds provenant des institutions européennes rend également les prêts chinois moins attrayants. Sans surprise, Pékin canalise la plupart de ses investissements vers les membres non européens du format 17+1 (Bosnie-Herzégovine, Serbie, Albanie, Monténégro et Macédoine du Nord), c'est-à-dire vers des pays où l'Etat de droit est faible et la corruption politique élevée. 

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail, chaque jeudi

Indépendamment de l'impact économique de la Chine, l'Union Européenne ne peut pas ignorer le fait que la Chine a réussi à agir unilatéralement sous la façade du multilatéralisme en Europe. Sa présence nébuleuse suggère que notre mode de vie européen fondé sur les valeurs démocratiques, les libertés individuelles et le libre marché est un obstacle et non une bénédiction. En réponse, Bruxelles a examiné minutieusement les Investissements chinois et les fusions sensibles, a exigé un accès réciproque au marché chinois et une concurrence loyale avec les entreprises d'Etat, et a finalement dénoncé l'utilisation non éthique des technologies de surveillance et la persécution des minorités ethniques par Pékin. 

Si les fruits de l'Union européenne avaient été répartis plus équitablement entre les Etats membres et si ceux-ci avaient été dès le départ fermement attachés aux principes démocratiques, l'influence idéologique de la Chine en Europe aurait été sans conséquence. 

Bien que de telles mesures politiques soient efficaces et attendues depuis longtemps, elles ne suffisent pas à elles seules à protéger l'Europe de l'influence de la Chine. L'unité européenne s'articule autour du marché unique et, naturellement, la politique est conçue pour protéger et faire progresser cet objectif en premier lieu. Nous avons clairement commencé à voir les limites de ce cadre pendant la pandémie. Le fonds de relance post-coronavirus, après avoir été considérablement dilué par les "quatre frugaux", est à la merci des caprices des nationalistes au pouvoir en Pologne et en Hongrie, et la coopération entre les Etats membres est au mieux contradictoire et au pire protectionniste. Les fermetures de frontières, les interdictions d'exportation et les pénuries d'équipements inutiles ne sont pas, dans mon dictionnaire, des signes d'unité.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail, chaque jeudi

Ce sont des signes clairs que le marché unique européen à lui tout seul – sans unité politique plus ample – est insuffisant pour gérer efficacement une pandémie, tout comme il sera insuffisant pour se confronter à la Chine. Si de récents sondages d'opinion montrent que la plupart des Européens voient d'un mauvais œil l'effet de la Chine sur la démocratie, ils suggèrent également que l'Europe de l'Est et du Sud est légèrement plus favorable à la Chine en général. Le succès économique relatif de la Chine au cours des deux dernières décennies et son triomphe remarqué sur le coronavirus jouent peut-être un rôle dans la divergence d'opinion en Europe. Malgré cela, Bruxelles est largement responsable du vide politique que Pékin peut exploiter. 

Si les fruits de l'Union européenne avaient été répartis plus équitablement entre les Etats membres et si ceux-ci avaient été dès le départ fermement attachés aux principes démocratiques, l'influence idéologique de la Chine en Europe aurait été sans conséquence. 

Démocratie en Europe

Les Etats-Unis sous Joe Biden ne feront plus revivre l'ancienne alliance transatlantique et encore moins vont-ils critiquer l'Europe pour son manque d'intégration comme dans les années 1950. Contrairement à Donald Trump, cependant, Biden comprend que pour contraindre la Chine, il faut trouver un terrain d'entente avec les alliés européens. Une telle alliance devra déterminer comment gérer Pékin, mais la meilleure réponse contre le discours autoritaire de la Chine est de s'assurer que la démocratie en Europe continue à fonctionner pour tous. M. Biden s'est engagé à se concentrer sur "rétablir  l'âme de l'Amérique". Les dirigeants européens doivent également s'engager à nouveau en faveur des idéaux de Konrad Adenauer.

L'Allemagne, en tant que pays d'Europe ayant les liens économiques les plus importants avec la Chine, peut aujourd'hui signaler, du fait de sa présidence du Conseil de l'Union européenne, que les intérêts de l'industrie allemande ne sont pas supérieurs à ceux de l'Europe. Ce serait un petit pas pour la solidarité européenne, un pas de géant pour défier la Chine.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet