Idées Initiative citoyenne européenne | Minority SafePack

La Commission doit protéger les minorités européennes

Maintenant que le Parlement européen a exprimé son soutien à l'initiative citoyenne européenne sur le SafePack pour protéger les minorités, il faut que la commissaire Jourová fasse avancer la législation sur la matière, affirment Damian Boeselager, député européen Volt Deutschland, Joel Boehme, membre du conseil d'administration de Volt Europa, et Maurice Hilbig, Coordinateur régional Volt Bretagne. L'Europe abrite en effet de nombreux peuples qui méritent tous d'être protégés, estiment-ils.

Publié le 5 janvier 2021 à 12:39

L’Europe est une véritable corne d'abondance de cultures et de langues. Certaines sont représentées par des Etats, d'autres pas. En fait, il n'y a que 24 langues officielles de l'UE, et une bonne soixantaine de langues régionales ou minoritaires au sein de l'Union. Un Européen sur sept fait partie d'une minorité autochtone ou parle une langue régionale ou minoritaire. 

Cela signifie qu'il y a plus de 50 millions d'Européens dont les langues et cultures minoritaires méritent d'être protégées. La Charte des droits fondamentaux énonce clairement l'interdiction de toute discrimination fondée, par exemple, sur l'origine ethnique, la langue et l'appartenance à une minorité nationale. Malheureusement, cela mérite d'être répété, car beaucoup de ces langues sont "gravement menacées", selon les termes de l'UNESCO.

L'initiative citoyenne européenne "Minority SafePack" a été lancée par l'Union fédérale des nationalités européennes, car l'UE est particulièrement bien placée pour protéger ces minorités. Elle a été soutenue par un grand nombre de groupes minoritaires, tels que les Sorabes, les Frisons et les Roms hongrois, ainsi que les Allemands de Pologne. Elle a été approuvée par le Bundestag allemand, la Tweede Kamer néerlandaise et le Parlement frison.

Ce vaste groupe reconnaît que les langues minoritaires risquent de disparaître, avalées par les langues majoritaires. Même dans les régions où les minorités constituent la majorité locale, les services publics excluent souvent l'utilisation de la langue minoritaire. 

Inscrivez-vous à la newsletter de Voxeurop en français

De plus, le géoblocage des services télévisuels et numériques entre les pays empêche les habitants d'un pays d'accéder au contenu produit dans une langue de préférence donnée. Dans certaines régions, la culture minoritaire est protégée, mais ce n'est pas toujours le cas. Les minorités régionales sont souvent privées des ressources nécessaires pour financer les projets qui permettraient de maintenir les anciennes traditions. 

Le SafePack propose un ensemble complet de réformes qui préserveraient les cultures et les langues européennes. Il propose la création d'un Centre européen de la diversité linguistique sous la forme d'une agence européenne décentralisée, l'inclusion de la protection des minorités nationales dans les fonds de développement régional et la sanction des Etats membres excluant les minorités du financement des médias et de la préservation de la culture. Elle comprend également la proposition d'une loi européenne unique sur le droit d'auteur, la liberté de service et de réception du contenu audiovisuel et le financement des communautés linguistiques et de la recherche connexe. Enfin, il appelle à une recommandation globale de l'UE pour la protection et la promotion de la diversité culturelle et linguistique.

Le nombre impressionnant de 1 123 422 citoyens européens ont signé l'initiative SafePack pour les minorités, et le 17 décembre 2020, elle a reçu un soutien massif du Parlement européen avec 524 votes en faveur de la résolution finale. 

La position selon laquelle les nombreuses minorités d’Europe méritent d'être protégées bénéficie d’un soutien populaire écrasant, et la Commission doit donc s’acquitter de son obligation juridique et morale en prenant très peu de risques.

Avec un tel élan de soutien démocratique, il incombe maintenant au commissaire Věra Jourová de répondre à l'appel. La position selon laquelle les nombreuses minorités d'Europe méritent d'être protégées bénéficie d'un soutien populaire écrasant, et la Commission doit donc s'acquitter de son obligation juridique et morale en prenant très peu de risques. 

Cet élan représente une chance d'avoir un impact positif durable pour les communautés de toute l'Europe. Au lieu de cela, l'histoire riche et unique de l'Europe est protégée, ce qui nous enrichit tous et enrichit immensément l'Union. Qu'il s'agisse des langues bretonnes ou occitanes, ou de la culture Same dans le nord de la Scandinavie, le SafePack offre une protection à un mélange de cultures et de langues qui composent notre beau continent, d'une manière qui n'affaiblit aucune culture majoritaire.

Il s'agit d'une question où l'Europe peut être du bon côté de l'histoire, en préservant et en protégeant un large éventail de langues et de cultures, et ainsi être véritablement unie dans la diversité.


Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet