Liberté de la presse
"Même pas peur" – A un mémorial pour la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre.

L’Europe n’est pas complètement sûre pour les journalistes

Même si les journalistes travaillent dans un environnement relativement sûr en Europe, et en particulier dans les pays de l’UE, ils risquent parfois leur vie, comme le démontre l’assassinat récent de la journaliste anticorruption maltaise Daphne Caruana Galizia et du reporter slovaque Jan Kuciak.

Publié le 24 octobre 2017 à 08:53
"Même pas peur" – A un mémorial pour la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre.

Le meurtre brutal de la reporter maltaise Daphne Caruana Galizia dans l’explosion en style mafieux de sa voiture le 16 octobre, a été le premier de ce genre à Malte et le premier depuis longtemps en Europe occidentale.

A 53 ans, cette mère de trois enfants était parmi les journalistes les plus exposées de l’archipel, en particulier en raison de son combat pour la transparence et contre la corruption qui gangrène la politique et la société maltaise. Elle s’était fait plusieurs ennemis au sein de la classe dirigeante maltaise au travers de ses investigations et de ses révélations, à la fois dans les journaux pour lesquels elle écrivait et dans son blog, un des plus suivis du pays. Elle avait reçu plusieurs menaces et avait récemment porté plainte pour cela.

Le 25 février 2018 le journaliste d’investigation slovaque Jan Kuciak, 27 ans, et sa partenaire ont été retrouvés tués par balles dans leur maison de Velka Maca, près de Bratislava. “En tant que reporter pour le site web d’actualité Aktuality.sk, Kuciak avait écrit sur les graves malversations et les activités illégales attribuées à des hommes d’affaires slovaques très en vue, ainsi que sur leurs relations avec des politiciens de premier plan”, rapporte EUobserver, qui ajoute que “Kuciak travaillait également à une enquête sur les relations entre un assistant du premier ministre Robert Fico et un homme d’affaires italien basé en Slovaquie. Parmi les nombreux cas de fraude fiscale et scandales sur les fonds publics, il avait couvert les Panama papers” – tout comme Daphne Caruana Galizia.

Leur assassinat rappelle que même si dans l’Union européenne les journalistes travaillent dans des conditions globalement bonnes, la liberté de la presse ne doit pas être donnée pour acquise.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

La carte montre les journalistes tués dans l’exercice de leur profession en Europe depuis 1992 pour chaque pays. Les données proviennent du Committee to Protect Journalists (CPJ), de la Fédération Internationale des Journalistes et de l’International Press Institute et ont été mis à jour au 8 mars 2018. Les chiffres ne prennent pas en compte les journalistes ressortissants de l’UE tombés en dehors de l’Europe, notamment dans les zones de guerre, ni les journalistes tués en Russie, au nombre de 82 depuis 1992.

Par ailleurs, les meurtres de journalistes sont très souvent impunis. Selon le CPJ, des 805 meurtres de journalistes dans le monde depuis 1992, 695 ne sont toujours pas résolus. L’impunité est une tendance inquiétante en Europe aussi, où l’on recense de nombreux cas d’homicides de journalistes non résolus, de l’Espagne à la Croatie et à la Pologne.

Cet article est publié en partenariat avec The European Data Journalism Network – CC/BY/NC

Vous avez eu accès à l’intégralité de cet article.

Vous voulez soutenir notre travail ? Voxeurop dépend des abonnements et des dons de son lectorat.

Découvrez nos offres à partir de 6 € par mois et les avantages réservés à nos abonné(e)s.
Je m’abonne

Ou faites un don pour renforcer notre indépendance.
Je fais un don

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez un journalisme qui ne s’arrête pas aux frontières

Bénéficiez de nos offres d'abonnement, ou faites un don pour renforcer notre indépendance

sur le même sujet