“Pas encore emprisonné et déjà affublé de l’auréole de prisonnier politique”

Publié le 15 juillet 2013 à 09:10

Cover

Viktor Uspaskich, le fondateur du Parti du travail, a été condamné à 4 ans de prison ferme, le 12 juillet, pour fraude fiscale et de comptabilité parallèle au sein de son parti.

Qualifié de “tumeur maligne du système” politique par Lietuvos rytas, Uspaskich était accusé de ne pas avoir déclaré 7 millions d’euros de recettes de son parti, le deuxième du pays et membre de la coalition gouvernementale. Le quotidien regrette que la justice n’ait pas “définitivement déterminé d’où venait cet argent”, que l’on soupçonne détourné des subventions européennes.
Le journal s’insurge aussi contre de la réaction de l’élite politique, qui a pris la défense du condamné : “Rien ne change”. Car sans le Parti du travail, explique Lietuvos rytas, aucune coalition plus ou moins solide n’est possible. Et ce d’autant plus que la Lituanie vient de prendre la présidence de l’Union européenne. Le journal espère donc que Uspaskich, qui est parti en Russie dès le lendemain du verdict, “rentre, car personne n’a besoin d’instabilité”.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet