La communauté Voxeurop référendum sur le Brexit

Remain !

Si les britanniques partent demain, ce ne serait ni dans leur intérêt ni dans celui de l’Europe. Un Brexit ferait l’effet d’une bombe, qui ne serait profitable à personne.

Publié le 23 juin 2016 à 09:31

Si les arguments du « remain » et du leave sont bien connus, il s’avère qu’un Brexit serait désastreux pour l’Union Européenne. Le choc tant annoncé, prétendant qu’un Brexit créerait une onde de choc qui relancerait la construction européenne, aura lieu en cas de Brexit. Mais les conséquences en sont tellement incertaines qu’il est plus probable qu’un Brexit entraine de réelles difficultés pour l’Europe, même si cela ne la tuera pas.

Restez ! Le Royaume-Uni, aujourd’hui, n’a aucun intérêt à quitter l’Union Européenne. D’un point de vue économique, un Brexit serait dévastateur pour l’économie britannique. Une longue récession, voire une dépression, s’en suivrait, et l’incertitude des marchés financiers ferait vaciller les institutions, accentuant la pression sur le taux de change de la livre sterling et sur les taux d’intérêts britanniques sur le marché obligataire.

Il faut bien évidemment ajouter que les pays du Sud, en cas de Brexit, ne seraient absolument pas prêts à faire des concessions aux Britanniques dans le cadre d’un traité de libre-échange entre le Royaume-Uni et l’UE. Si les britanniques ne voudront pas participer au budget de l’UE (qui leur coûte actuellement bien moins que cela ne leur rapporte), l’instauration de tarifs douaniers et l’établissement de normes plus dures amoindriront la capacité de pénétration des produits britanniques dans l’espace commun européen.

Néanmoins, la force du vote leave réside dans le fait que les pro-européens n’avancent que des arguments négatifs : exposant une sortie avec des termes péjoratifs, sans montrer les bienfaits d’une Europe avec le Royaume-Uni. Exactement le type d’argument exposé ci-dessus. Ils sont nécessaires, cependant, il faut un projet pour le Royaume-Uni, et plus globalement pour l’Europe.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Les britanniques critiquent aujourd’hui une Europe qu’ils ont eux-mêmes promue. Cette Europe très libérale, voulant à tout prix s’élargir. En critiquant l’immigration « trop importante » des ressortissants européens vers le Royaume-Uni, les britanniques ne font que remettre en cause ce qu’ils ont eux-mêmes voulu mettre en place : un espace le plus large possible, pour toucher un maximum de consommateurs et faire de l’Union Européenne un espace plus économique que politique. Il est néanmoins plus simple de changer un système de l’intérieur (surtout quand on en est à l’origine) plutôt que le quitter. Restez donc et prenez vos responsabilités.

Restez ! L’Europe reste encore à inventer. L’Europe puissance pourra se faire avec vous. Le Royaume-Uni n’a jamais voulu faire partie d’un « super-Etat » européen. Soit, qu’il n’en fasse pas partie. L’avenir de l’Europe se joue avec le Royaume-Uni, parce que son avenir réside dans l’Europe à deux vitesses. Vous, britanniques, devez rester, non pas parce que ce serait désastreux pour l’économie britannique (elle s’en remettra forcément un jour) mais parce que vous avez une carte à jouer dans l’Europe. L’Europe doit pouvoir représenter tout le monde, même ceux qui refusent d’y jouer un rôle actif. Même si cela est réellement dommageable, on ne pourra jamais prendre une décision à 28 !

On accuse souvent David Cameron (et ses prédécesseurs, quelle que soit leur couleur politique) de bloquer l’Europe. Mais qui ne la bloque pas ! Je vous le demande bien, la France bloque les compromis sur les réfugiés, l’Allemagne bloque toutes les issues en matière de solidarité budgétaire. Le Royaume-Uni n’a jamais rien apporté politiquement à l’Europe, il ne l’a jamais voulu et à vrai dire, nous non plus. Le Royaume-Uni n’a jamais souhaité une intégration plus poussée. Mais il doit rester car l’Europe est une garantie face aux incertitudes de ce monde, tout comme le Royaume-Uni est une garantie face à une Europe pouvant devenir trop technocratique.

Restez ! Restez car vous ne pouvez rien faire seuls. Où voyez-vous une once de volonté d’alliance chez les américains, les chinois ? Vous n’êtes rien sans l’Europe et l’Europe mettra des années (voire des décennies dans le calendrier bureaucratique) pour se remettre de votre départ !

L’Europe doit se renouveler, et elle doit le faire avec le Royaume-Uni. Il faut de tout pour faire un monde, et le Royaume-Uni fait aussi avancer l’Europe, à sa manière. Le Royaume-Uni doit pouvoir donner son avis, être le chef de file des pays les moins europhiles, tout comme il doit se plier au vote de la majorité, c’est ça la démocratie. Si l’Europe plus intégrée doit se faire sans le Royaume-Uni, qu’elle se fasse.

Prenons un exemple : dans tout ce qu’il a de mauvais et nauséabond, l’accord entre l’UE et le Royaume-Uni apporte une (seule) évolution : la possibilité pour les parlementaires nationaux de refuser certaines dispositions règlementaires ou directives européennes (il faut que cette disposition enfreigne le principe de subsidiarité, rencontre l'opposition de plus de 55% des parlementaires nationaux et fasse l'objet d'un examen du Conseil de l'Union européenne, qui peut le modifier pour prendre en compte ces oppositions). Qui se plaindrait d’une telle disposition, même pour les fédéralistes, comme moi.

Habitants du Royaume-Uni, ne votez pas leave aujourd’hui. Non pas « parce qu’il ne faut que vous partiez » mais parce qu’il faut que vous restiez. Le Royaume-Uni peut encore apporter sa pierre à l’édifice européen, même s’il n’en est pas une pièce maîtresse. Laissons les pays les plus volontaires développer l’Europe politique. N’abandonnons pas pour autant ceux avec qui on peut construire une coopération, plus aboutie qu’un simple traité de libre-échange.

Enfin, ne nous mentons pas. Un Brexit n’arrangerait que peu l’UE. Qui a vraiment envie de se retrouver à négocier un nouveau traité avec les Britanniques pendant deux ans ? Pendant ce temps, des sujets bien plus importants que le Royaume-Uni doivent être traités. Et qui nierait l’apport économique (et potentiellement militaire) du Royaume-Uni à l’Europe ?

Restez, chers amis britanniques. Vous vous rendrez vite compte que votre départ est plus votre affaire que la nôtre. Votre présence dans l’Europe est souhaitable, voire même indispensable, n’ayez pas non plus l’orgueil de penser que l’Europe n’est rien sans vous. Elle vous est tout autant indispensable. La relation entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne sera toujours compliquée, mais elle le sera toujours moins si le Royaume-Uni reste. Si les britanniques ne veulent plus jouer un rôle actif dans l’Europe, et bien qu’on lui accorde ce rôle. Cela ne changera rien dans la construction politique de l'UE.

Avec deux cercles, l’Union Européenne pourrait développer en amont une Europe très intégrée, c’est-à-dire une fédération d’Etats-nations, et pourrait, en aval, coopérer étroitement avec un cercle moins volontaire, qui ne pourrait s’opposer à l’UE que sur des sujets qui les concernent (sans tout bloquer comme peut le faire le Royaume-Uni) et donc participer à la construction européenne selon leurs volonté, en ayant des droits et des devoirs.

Cartoon : Dr Meddy

Catégories

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !