A la veille du référendum en Grèce sur le plan d'aides international et dont l'issue semble plus que jamais incertaine la tension monte en Europe, le vote ayant pris la tournure d'un plébiscite sur la permanence ou pas de la Grèce au sein de la zone euro.

Alors que le ministre autrichien des Finances Hans Jörg Schelling a affirmé que le "Grexit" serait "économiquement gérable par l'Europe, quoique certainement plus dramatique pour la Grèce", son homologue grec Yanis Varoufakis a déclaré que ce que ses créanciers "font avec la Grèce, c'est du terrorisme" et estimé à "mille milliards" d'euros les pertes pour la zone euro si la Grèce devait en sortir.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet