Une liste noire pour la Commission

Publié le 25 novembre 2009 à 14:50

Cover

Le spectre des listes noires commence à hanter la Commission européenne, estime Gazeta Wyborcza. Le Parti populaire européen, le principal groupe de droite au Parlement a demandé que tous des eurodéputés ayant coopéré dans le passé avec des « régimes répressifs et des organisations non-démocratiques » ne puissent se présenter à des postes de commissaires.

Les députés d’Europe centrale sont en première ligne : Štefan Füle, l’actuel ministre tchèque des Affaires européennes, et celui de Hongrie, László Andor. Le premier est accusé d’avoir étudié dans une prestigieuse école de diplomatie à Moscou, le MGIMO et d’avoir été membre du Parti communiste, et on reproche au second ses opinions néo-marxistes. « Je crains que l’on assiste à des luttes intestines en République tchèque et en Hongrie« , a déclaré une source proche de la Commission. « Des gens vont essayer de démolir la réputation de ces hommes« . L’audition des candidats débutera la semaine prochaine au Parlement européen.

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet