Enquête Indian Chronicles | 4

À Bruxelles, la désinformation pro-New Delhi agit sous le nez de l’UE

Révélé par l’ONG bruxelloise EU DisinfoLab, le réseau de lobbying et de désinformation créé et entretenu par le holding indien Srivastava au profit du gouvernement nationaliste de New Delhi, a pu sévir auprès des institutions européennes sans que celles-ci réagissent, tout concentrées qu’elles sont sur la risposte à la désinformation en provenance de Moscou. Quatrième et dernier volet de l’enquête des Jours.

Publié le 28 janvier 2021 à 08:30

Cela fait maintenant près de deux mois que l’ONG bruxelloise EU DisinfoLab a publié son rapport sur les "Indian Chronicles", qui mettent au jour un vaste réseau de désinformation qui sert les intérêts de New Delhi. Des révélations qui ont été reprises par de multiples médias dans le monde.

Les réactions ont été nombreuses mais surtout en dehors du territoire européen. Pourtant, c’est bien en Europe que le réseau Srivastava opère depuis plus de quinze ans, à coups de faux sites de presse, de relations troubles avec des eurodéputés conciliants et d’ONG fantoches. Sur le Vieux Continent, le calme plat ou presque. "On a visiblement touché un point sensible", explique le directeur général d’EU DisinfoLab Gary Machado, qui revient pour Les Jours sur cette séquence particulière.

Sensible au point que le rapport et sa couverture médiatique ont forcé le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Anurag Srivastava (sans lien avec le Srivastava Group), à réagir. Le 11 décembre, il affirme qu’"en tant que démocratie responsable l’Inde ne pratique pas de campagnes de désinformation". Une prise de parole qui vient après l’offensive du Pakistan, qui n’a pas hésité à sauter sur le dossier pour alimenter sa propre propagande anti-indienne. Qu’Islamabad bondisse sur l’occasion ne constitue en rien une surprise pour les membres d’EU DisinfoLab, qui s’attendaient à ce que leur travail soit instrumentalisé dans le cadre de la rivalité entre les deux pays.


Les Indian Chronicles
À Bruxelles, la désinformation pro-New Delhi agit sous le nez de l’UE
Les “Gongos”, bras armé de la désinformation indienne à l’ONU
Comment la machine de désinformation indienne à Bruxelles transforme le conflit au Cachemire en guerre contre le djihadisme
Au cœur de l’Europe, un réseau de désinformation aussi secret qu’influent au service de New Delhi

Mais il n’en fallait pas plus pour organiser la contre-attaque depuis New Delhi. Celle-ci est notamment venue par le biais de l’agence de presse indienne ANI (Asian News International), à travers la voix de sa journaliste vedette Smita Prakash, connue pour ses interviews particulièrement complaisantes avec les politiques indiens proches du gouvernement Modi. Cette fois, la déférence et la mesure ne sont visiblement plus de mise puisqu’elle accuse les membres de l’ONG bruxelloise d’être des agents du Pakistan. Et elle ne se prive pas non plus de partager à ses 821 000 abonnés sur Twitter des démonstrations fumeuses censées appuyer cette hypothèse.

“En tant que démocratie responsable l’Inde ne pratique pas de campagnes de désinformation”.

Anurag Srivastava, Porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères,
<…

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet