ACTA freiné, Google réprimandé

Publié le 2 mars 2012 à 14:03

Les institutions européennes semblent s’être érigées en véritables gardiennes de la protection des données des internautes. Dans le collimateur: ACTA et Google.

"Le Parlement européen freine l'accord international contre la piraterie”, titre ainsi El País. Rappelant qu’une pétition réunissant 2,5 millions de signatures de citoyens européens vient d’être remise aux eurodéputés, le quotidien madrilène estime qu’ACTA devrait attendre "au moins un an" pour être adopté:

Le Parlement européen n’est pas convaincu que le texte respecte suffisamment les droits des citoyens et a décidé de le transmettre à la justice européenne pour qu’elle se prononce. Les députés assurent être d’accord sur le fond avec ce traité commercial […] mais se méfient des conséquences potentielles de son application.

Les débats, qui précéderont un vote de consentement du parlement, le 12 mars, devraient se focaliser, note El País, sur le fait que:

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail, chaque jeudi

l'accord responsabilise les fournisseurs d´accès à Internet sur les contenus répandus sur le web, ce qui ouvre la porte, assurent ses détracteurs, à une sorte de censure numérique.

Par ailleurs, la commissaire européenne à la justice, Viviane Reding, dans un article publié sur CNN, a porté un coup de semonce à Google, “mettant en garde [le géant américain] sur le fait qu’il subtilise la vie privée des citoyens”, relate The Guardian.

Les critiques sont de plus en plus nombreuses depuis la mise en place de la nouvelle politique de Google, le 1er mars. The Guardian rapporte que l’autorité française de protection des données, la Commission nationale de l'informatique et des libertés, a d’ores et déjà envoyé une lettre au célèbre moteur de recherches, l’informant qu’il :

ne répond pas aux exigences de la directive européenne [de 1995] sur la protection des données. Alors qu’ils simplifient le procédé d’enregistrement pour les nouveaux utilisateurs, les changements signifient aussi que Google peut rassembler les données des recherches web ou de vidéos des inscrits, les cartes géographiques consultées, les pages web feuilletées, les annonces publicitaires cliquées et d’autres informations afin de cibler au mieux les services et publicités pour les utilisateurs.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet