Cover

Les autorités allemandes ont décidé d’interdire les ventes à découvert de certains titres, annonce en Une le Financial Times. Cette mesure vise à empêcher la spéculation sur des titres comme des actions et des obligations que l’on ne détient pas encore ou qui n’ont pas été empruntés. Elle intervient "en plein débat européen sur des mesures contre la spéculation, accusée par les responsables politiques d’avoir exacerbé la crise grecque", explique le quotidien financier. En vigueur dès aujourd’hui, l’interdiction court jusqu’à fin mars 2011 et s’applique sur les dix principales places boursières allemandes aux obligations souveraines, les CDS (titres de garantie contre le risque de faillite) et les actions. Les marchés ont mal réagi, l’euro perdant plus d’un cent, à 1,22 dollar, son plus bas depuis 4 ans. "L’interdiction ressemble à un bout de viande jeté aux parlementaires qui travaillent avec l’illusion que la crise de la dette est la faute des spéculateurs et ont soif de revanche", regrette Tony Barber,le correspondant du FT à Bruxelles.