Prix Nobel de la paix : Les Tchèques et les Slovaques n’iront pas à Oslo

3 décembre 2012 – Presseurop Mladá Fronta DNES, Lidové noviny , SME

Ni le président tchèque Václav Klaus ni son Premier ministre Petr Nečas ne se rendront à la cérémonie de remise du prix Nobel de la Paix, le 10 décembre prochain à Oslo. Klaus, critique notoire de l'UE qui a déjà qualifié la décision du Comité Nobel de "farce tragique", n'a pas justifié son absence, note Mlada Fronta Dnes tandis que Nečas a évoqué des "engagements déjà prévus". Seul le ministre des Affaires étrangères et candidat à l'élection présidentielle de janvier prochain Karel Schwarzenberg "aimerait y aller mais personne ne l'a invité". Le fait qu'aucune "grosse pointure" tchèque ne se rende à la cérémonie d'Oslo n'est pas un événement, selon le quotidien.

Presque personne ne le remarquera et Bruxelles économisera de l'argent en gardant un œil sur ses petits objets [référence à une visite de président Klaus au Chili au cours de laquelle il avait empoché un stylo]. Toute cette affaire ne devrait même pas être mentionnée si ce n'est qu'elle est un symbole de la relation défectueuse et confuse de notre pays avec l'UE. […] Sans l'UE, l'existence de la République tchèque mais aussi de l'Europe centrale serait juste aussi précaire qu'elle le fut dans le passé.

Si donner le prix à l'UE est une erreur, le quotidien suggère que c'est seulement parce que "les pères fondateurs de l'Union – comme Adenauer, Churchill, Schumann ou Spinelli – auraient dû en recevoir un quand ils étaient encore en vie."

Lidové Noviny, pour sa part, appelle à "la critique et non au boycott". Le quotidien admet que l'UE "n'est peut-être pas le vainqueur idéal" et pense qu'il est préférable de faire des critiques constructives de la politique de l'UE plutôt que d'exprimer son insatisfaction simplement en boycottant la cérémonie.

Cependant "ce n'est pas seulement les eurosceptiques République tchèque et Grande-Bretagne mais aussi la Slovaquie" qui vont ignorer les festivités, ajoute SME. Le quotidien de Bratislava explique que, "en raison de problèmes importants" requérant sa présence dans son pays, le Premier ministre slovaque Robert Fico "ne se rendra pas à la cérémonie de remise du prix Nobel". Ni le président Gašparovič qui sera à Prague pour dire au revoir au président Klaus en partance.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la