Cover

"La bataille pour l’atome polonais", titre Polska The Times à propos de l'intensité croissante du débat public sur l'énergie nucléaire en Pologne. La semaine prochaine, la question sera abordée par les députés à la Diète. L'Alliance de la gauche démocratique (SLD) a déjà lancé l'idée d'un référendum national sur la construction de centrales nucléaires dans le pays. Le Premier ministre Donald Tusk, dont le gouvernement a l'intention de développer l'énergie nucléaire, a toutefois souligné qu'il n’appellerait à un référendum que "sous une forte pression de l'opinion publique polonaise". Pendant ce temps, trois sociétés, la française Areva, l’américano-japonaise Toshiba-Westinghouse et GE Hitachi sont impatients de décrocher des contrats lucratifs pour la construction de centrales électriques polonaises, évalués à au moins 20 milliards d'euros. Tous les entrepreneurs potentiels déploient "l'ensemble des astuces en relations publiques" pour s'assurer un avantage concurrentiel, note le quotidien de Varsovie, et promettent qu'au moins 50% des travaux de construction de futures centrales nucléaires seront sous-traités à des entreprises polonaises.