Cover

"Un petit tremblement de terre à Blackpool, un choc majeur pour la politique énergétique du Royaume-uni", titre The Independent, après la suspension du forage sur le premier projet de gaz de schiste naturel de Grande-Bretagne dans le Lancashire, dans le nord-est de l'Angleterre, suite à un deuxième tremblement de terre dans la région. Après un tremblement de terre de magnitude 2,3 en avril, une magnitude de 1,5 a été enregistrée le 27 mai près de la station balnéaire de Blackpool "alors qu'au même moment la compagnie énergétique Cuadrilla injectait des fluides sous haute pression souterraine pour faire sauter la roche gazéifère". Le processus de forage, connu sous le nom de "fracking", est très controversé et interdit en France ainsi que dans les états de New-York et de Pennsylvanie aux Etats-Unis, où le gaz de schiste représente 45% de l'approvisionnement en gaz du pays. Des gens aux Etats-Unis qui "vivent près des sites de fracking ont été filmés mettant le feu à l'eau du robinet contaminée par du méthane" note le quotidien londonien, ajoutant que, pour les experts, "un forage comme celui-ci peut entraîner des petits tremblements de terre." Selon Cuadrilla Resources, le site du Lancashire pourrait fournirjusqu'à 10% de l'approvisionnement en gaz du Royaume-Uni.