“Guerre froide pour 54 milliards d’euros”

Publié le 12 avril 2013 à 11:17

Cover

La question des réparations, dues par l’Allemagne pour son occupation de la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale, crée de nouvelles tensions entre les deux pays.
Alors que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré que le problème “est réglé depuis longtemps” et qu’il est “hors de question de payer des réparations”, le ministre grec des Affaires étrangères Dimitri Avramopoulos a répondu que “la question de savoir si ce problème est réglé ou pas dépend du droit international”.
De son côté, la coalition de gauche Syriza demande la publication d’un rapport confidentiel sur les réparations, dont l’existence a été révélée par l’hebdomadaire To Vima. Les réparations espérées par Athènes seraient de 108 milliards d’euros pour les infrastructures détruites, et 54 milliards correspondant à un prêt accordé de force à l’Allemagne en 1942.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet