Le passeport roumain, clef pour l'Europe

Depuis son adhésion à l'UE, la Roumanie est devenue la porte d'entrée vers l'Europe pour les jeunes Moldaves. Ils sont de plus en plus nombreux à venir y faire leurs études et, encouragés par Bucarest, ils réclament désormais un passeport roumain. Alors que la Moldavie accuse son voisin de visées hégémoniques, une coalition en faveur de l'"intégration européenne" vient de se former à Chisinau.

Publié le 10 août 2009 à 12:37
Sculeni (Roumanie), avril 2009. Des étudiants moldaves scandant des slogans contre leur président (AFP)

"L'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne, en 2007, l'a rendue très attractive pour la jeune génération de Moldaves russophones", écrit Mirel Bran, le correspondant du Monde à Bucarest. Depuis quelques années de plus en plus de jeunes Moldaves choisissent de poursuivre leurs études en Roumanie, étape obligée pour ces candidats à l'émigration vers l'Ouest. Mais leur "désir d'Europe" ne s'arrête pas là. La plupart d'entre eux réclament désormais un passeport roumain. Le 14 avril, le président roumain, Traian Basescu qui a pris fait et cause pour cette "nouvelle génération moldave", a demandé explicitement au gouvernement de Bucarest de faciliter les procédures pour permettre l'obtention de passeports par les Moldaves roumanophones. "Depuis, environ 800 000 demandes de passeport ont été déposées au consulat roumain de Chisinau, la capitale moldave", souligne le quotidien français.

Suite aux manifestations anti-communistes qui rassemblèrent de nombreux jeunes dans la capitale moldave au lendemain des élections législatives du 5 avril, les relations entre la Roumanie et la Moldavie se sont tendues. "Le chef de l'Etat moldave avait accusé la Roumanie d'avoir provoqué le désordre à Chisinau pour annexer la Moldavie. Il avait imposé un régime de visas pour les ressortissants roumains", explique Le Monde.

La victoire de l'opposition anticommuniste lors des élections anticipées du 29 juillet pourrait apaiser les relations entre les deux pays. "Mais, au-delà de l'arithmétique électorale, le résultat des élections a donné un souffle nouveau aux Moldaves qui espèrent décrocher un passeport roumain", souligne le quotidien. D'après les prévisions de l'Etat roumain, environ deux millions d'entre eux souhaitent acquérir la nationalité roumaine. Soit la moitié de la population moldave.

POLITIQUE

Une coalition pour entrer en Europe

Quatre partis d'opposition pro-occidentaux moldaves ont formé, samedi 8 août, une coalition qui devra leur permettre d'occuper un nombre de sièges suffisant au Parlement (53 contre 48 pour les communistes) pour constituer un gouvernement. "Nous sommes conscients de la responsabilité qui nous revient", affirment les leaders des quatre partis en Une de Timpul. Signataires de l’acte de naissance de l’Alliance pour l’intégration européenne, leur but est d’œuvrer pour "l’intégration européenne de la Moldavie". "C'est un acte essentiel irrévocable !", affirme Arcadie Gherasim dans l'éditorial.

"L’Alliance devra tout d'abord signer, à Bruxelles, l’accord d’association avec l’UE. (…) Ce dernier légitimerait, de manière irréversible, la disparition du dernier régime communiste" [après les élections contestées du 5 avril, l'UE avait affirmé qu'un accord serait envisageable dans le cas où la Moldavie prouverait une volonté de "s'engager dans la voie de la démocratie"]. Une fois ce document signé, "plus aucun 'accident Voronine' [du nom du président communiste Vladimir Voronine] ne pourra plus interdire aux centaines des milliers de jeunes de passer librement la rivière Prout vers …l’Europe !", écrit Timpul.

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet