Les coupables, ce sont toujours les autres

Les banques avides, l’UE ou Angela Merkel : la recherche des responsables de la crise chypriote suit les clivages de la crise de l’euro. Mais si chacun est responsable des fautes de la société, alors les Chypriotes doivent sacrifier une partie de leur épargne, assure un éditorialiste allemand.

Publié le 21 mars 2013 à 16:07

Philokypros Andréou, le président de la Chambre de commerce et d'industrie chypriote parle de guerre : "C'est comme en 1974 quand les Turcs ont débarqué ! C'est un génocide financier !", fulmine-t-il dans un entretien accordé à Die Welt. ”Notre secteur financier est ruiné ! Merkel et Schäuble s'en prennent à des innocents !"

Génocide. Mouais. Les médias allemands aiment eux aussi les grands mots. "La confiance en grand danger !", "Nouvelles craintes pour l'Europe !", "Les gens vont-ils se précipiter pour vider leurs comptes ?" C'est comme ça qu'on crée la panique contre laquelle on met en garde, bien entendu en toute innocence – nous couvrons simplement les évènements.

Cet article a été retiré à la demande du propriétaire du copyright.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet