Information, 12 mars 2010

Les ovules, une marchandise pas comme les autres

Publié le 12 mars 2010 à 13:50
Information, 12 mars 2010

Cover

"Aide aux couples sans enfants ou nouvelle forme de prostitution ?" Cette question choc fait laUne d’Information, qui constate que le débat sur le commerce des ovules s’intensifie au Danemark. Les Danoises qui veulent des enfants de plus en plus tard ont un besoin croissant d’ovules, explique le quotidien. Depuis le début de l’année, le Rigshospitalet, le principal hôpital du pays, a déjà inséminé 40 femmes qui ne pouvaient pas avoir d’enfant. Anders Nyboe Andersen, le directeur du Centre de fertilité au Rigshospitalet, propose de payer 1 000 euros aux donatrices. Une idée qualifiée de grotesque par Bente Holm Nielsen, médecin et membre de l’association Dansk Kvindesamfund (lFondation danoise Femmes et société). "L’œuf devient une marchandise, et les femmes se retrouvent dans une situation de prostitution de reproduction", estime-t-elle. Il est pour l’instant interdit d'acheter des ovules au Danemark. En revanche, une femme sous traitement hormonal qui produit plus d'ovules que nécessaire est tenue de les donner à d'autres femmes.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’abonnement et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet