Les Tchèques et les Slovaques n’iront pas à Oslo

Publié le 3 décembre 2012 à 14:14

Ni le président tchèque Václav Klaus ni son Premier ministre Petr Nečas ne se rendront à la cérémonie de remise du prix Nobel de la Paix, le 10 décembre prochain à Oslo. Klaus, critique notoire de l’UE qui a déjà qualifié la décision du Comité Nobel de « farce tragique« , n’a pas justifié son absence, note Mlada Fronta Dnes tandis que Nečas a évoqué des « engagements déjà prévus« . Seul le ministre des Affaires étrangères et candidat à l’élection présidentielle de janvier prochain Karel Schwarzenberg « aimerait y aller mais personne ne l’a invité« . Le fait qu’aucune « grosse pointure » tchèque ne se rende à la cérémonie d’Oslo n’est pas un événement, selon le quotidien.

Presque personne ne le remarquera et Bruxelles économisera de l’argent en gardant un œil sur ses petits objets [référence à une visite de président Klaus au Chili au cours de laquelle il avait empoché un stylo]. Toute cette affaire ne devrait même pas être mentionnée si ce n’est qu’elle est un symbole de la relation défectueuse et confuse de notre pays avec l’UE. […] Sans l’UE, l’existence de la République tchèque mais aussi de l’Europe centrale serait juste aussi précaire qu’elle le fut dans le passé.

Si donner le prix à l’UE est une erreur, le quotidien suggère que c’est seulement parce que « les pères fondateurs de l’Union – comme Adenauer, Churchill, Schumann ou Spinelli – auraient dû en recevoir un quand ils étaient encore en vie. »

Lidové Noviny, pour sa part, appelle à « la critique et non au boycott« . Le quotidien admet que l’UE « n’est peut-être pas le vainqueur idéal » et pense qu’il est préférable de faire des critiques constructives de la politique de l’UE plutôt que d’exprimer son insatisfaction simplement en boycottant la cérémonie.

Cependant « ce n’est pas seulement les eurosceptiques République tchèque et Grande-Bretagne mais aussi la Slovaquie » qui vont ignorer les festivités, ajoute SME. Le quotidien de Bratislava explique que, « en raison de problèmes importants » requérant sa présence dans son pays, le Premier ministre slovaque Robert Fico « ne se rendra pas à la cérémonie de remise du prix Nobel« . Ni le président Gašparovič qui sera à Prague pour dire au revoir au président Klaus en partance.

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet