Reportage Crise climatique

“Letzte Generation” : les nouveaux activistes pour le climat qui bousculent l’Allemagne 

Bloquer les rues en se collant au sol ou asperger de soupe les toiles de maîtres fait-il avancer ou reculer la prise de conscience écologique ? En Allemagne, les actions du groupe Letzte Generation, dernier-né de la scène militante, reposent la question des stratégies d’urgence face au réchauffement climatique.

Publié le 17 janvier 2023 à 16:35
Cet article est réservé à nos membres

Les actions “commandos” des militants du groupe écologiste allemand Letzte Generation (Dernière Génération) sont-elles un électrochoc salvateur et nécessaire face à la catastrophe climatique en cours ? Ou est-ce plutôt la manifestation d’une angoisse existentielle et violente qui ne résout rien ? Il est certain, en revanche, que les descentes de police opérées le 13 décembre 2022 dans onze appartements de militants, sur la base d’un soupçon de “formation d’organisation criminelle” et dans le cadre d’une enquête sur la tentative de blocage d’une raffinerie de pétrole, n’ont aucunement découragé les activistes. Deux jours après les razzias, ils “assiégeaient” déjà les députés fédéraux au Bundestag, notamment en se collant au sol pour bloquer les accès des parkings souterrains du Parlement.

“L’une des particularités de Letzte Generation, qui a des associations sœurs en Europe, est d’être un mouvement venu de la base, sans nom, sans financement stable et sans appui clair d’un parti politique, mais avec une efficacité et une capacité d’action notoires”, relève le sociologue berlinois Dieter Rucht, spécialiste des mouvements protestataires.

Depuis le début de l’année, leurs actions se comptent par centaines en Allemagne et en Autriche. “Désormais, quand je prends mon service, j’écoute attentivement la radio pour savoir où ils se sont collés”, confie Mehmet, chauffeur de taxi berlinois.

Le mouvement peut apparaître comme radical, pointe Dieter Rucht. Mais “il s’inscrit dans la droite ligne de la philosophie de désobéissance civile avec un refus d’attaquer les personnes, une volonté d’éviter les dégâts matériels et une ligne non violente affirmée, même si ses actions créent du désordre et des frustrations”, poursuit-il.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Se coller la main sur l’asphalte pour bloquer une grande artère urbaine, une bretelle qui relie la ville à l’aéroport, voire les pistes d’atterrissage des aéroports de Munich et Berlin, est devenue l’action emblématique du groupe qui déclenche à chaque fois un chaos routier et la colère noire des automobilistes en route pour le travail.

“Nous sommes heureux quand la police arrive”, reconnaît cet activiste qui demande une limitation immédiate de la vitesse à 100 km/h, un abonnement régional de train à 9 euros et une politique plus radicale de développement des énergies renouvelables.

L’autre spécialité remarquée du mouvement est l’attaque de tableaux de maître. Les activistes ont ainsi projeté une soupe de pommes de terre sur une toile de Monet à Potsdam, une action calée sur le même modèle que l’épandage de soupe à la tomate sur un Van Gogh à Londres.

“La soupe à la tomate sur le Van Gogh de Londres s’est également répandue en un rien de temps sur les messageries et réseaux sociaux sud-coréens”, relève ironiquement la galeriste allemande Esther Schipper.

Que ce type d’action suscite la réprobation ou l’adhésion n’y change rien : ces militants ont marqué des points d’un point de vue médiatique. Toute la planète a eu vent de l’opération.

Protestation permanente

Jeunes adultes en grande majorité, les militants de l’association ont souvent fait leurs classes dans le mouvement Fridays for Future initié par la suédoise Greta Thunberg.

“Avant d’être à Letzte Generation, j’ai été à Fridays for Future puis Extinction Rebellion, raconte l’une des porte-parole du mouvement Aimée van Baalen sur la chaine ZDF.

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet