Cover

C’est un “mauvais départ pour l’ère Junckerécrit Gazeta Wyborcza, alors que l’ancien Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois Jean-Claude Juncker est sur la sellette après la publication, le 6 novembre, des “LuxLeaks”, une enquête journalistique sur l’optimisation fiscale au Luxembourg.
Selon l’éditorialiste Tomasz Bielecki, le nouveau président de la Commission européenne —

doit faire face à présent à deux problèmes. Le premier, c’est de faire taire les doutes sur un éventuel conflit d’intérêts. L’enquête sur l’”optimisation fiscale” sera menée par la commissaire à la Concurrence, la danoise Margrethe Vestager, mais c’est le collège des 28 commissaires qui devront décider de l’application d’éventuelles sanctions, voire du versement des taxes qui n’auraient pas été payées par certaines sociétés. [...] Juncker ne craint-il pas d’être juge et partie ? […] Son second problème est plus difficile à résoudre, car le Luxembourgeois est à la tête d’un “gouvernement” qui a prôné l’austérité et défend pour le moins la stricte discipline budgétaire comme recette contre la crise. Lorsque les citoyens ordinaires et les PME souffrent sous le poids des économies, les multinationales et le Luxembourg jonglent avec les règles en matière fiscale. […] Ça sera difficile à avaler pour des Européens desquels Juncker a dit de vouloir être plus proches.
Rzeczpospolita, qui titre sur "Le paradis fiscal de Juncker", note pour sa part que, lors de sa première conférence de presse, Juncker “a promis qux journalistes de ne pas leur parler que des succès, mais aussi qu’il allait se défendre contre les accusations”. Et ses promesses
n’ont pas passé le test de la première crise. Il n’a pas rencontré les journalistes lors de la conférence de presse quotidienne hier et il a annulé sa participation à un événement prévu pour jeudi.

Dans un autre article, Jędrzej Bielecki affirme péremptoire :

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Ce qu’il pourrait faire de mieux à ce stade, c’est de présenter sur le champ sa démission.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet