Revue de presse Cap Nord-Ouest

Mouchards suédois, extrême droite flamande et vin belge

De quoi parle-t-on dans le nord-ouest de l’Europe ce mois-ci ? Alors que la coalition au pouvoir en Suède s'apprête à introduire une loi obligeant les fonctionnaires à dénoncer les sans-papiers, le pape François plaide quant à lui pour plus d'humanité, tandis que des chercheurs belges cartographient la continuité géographique de l'extrême droite et de l'extrême gauche en Flandre. Une revue de presse signée Ciaran Lawless, réalisée dans le cadre du projet Display.

Publié le 5 octobre 2023 à 11:33

En lieu et place d’une vague de solidarité européenne, les récents événements de Lampedusa ont déclenché une discorde bien trop familière, notamment entre l'Italie, l'Allemagne et la France. À l'approche des élections européennes de 2024, on peut affirmer sans risque de se tromper que la migration sera une question clé pour de nombreux électeurs. Ci-dessous, voici cinq articles qui traitent des différentes réponses apportées à cette question en Suède, en France et en Belgique.  

Alors que la coalition tripartite suédoise a été élue de justesse sur la base d’un programme de réduction de l'immigration, une proposition de loi en particulier suscite une levée de boucliers de la part des syndicats suédois et des travailleurs du secteur public. Le texte , qui fait partie de l'accord Tidö qui a établi le triumvirat, obligerait les employés du secteur public à signaler tous les sans-papiers qu'ils rencontrent – patients, clients, étudiants, collègues – aux autorités de l'immigration. 

Arbetet, un journal suédois consacré aux droits des travailleurs et au marché du travail, s'est entretenu avec Tommy Iseskog, avocat et expert en droit du travail, sur les implications de la loi proposée (Un avocat parle de la loi sur les délateurs : "Nous finirions dans le même club que l'Allemagne de l'Est", par Anton Andersson, SE). En plus de violer les "principes démocratiques fondamentaux" et de placer la Suède dans le "même club que l'Allemagne de l'Est", Iseskog affirme que la loi est incohérente et incompatible avec l’actuel droit du travail suédois.

Rebecca Selberg dans The Conversation (En Suède, les professionnels s'opposent fermement à un projet de la droite visant à les obliger à dénoncer les sans-papiers, par Rebecca Selberg, EN) décrit les forces – y compris les enseignants, les infirmières et les travailleurs sociaux, ainsi que leurs syndicats – qui s'opposent à ce qu'on appelle déjà la "loi des mouchards". Selberg conclut que tout recul par rapport à cette politique pourrait amener les Démocrates de Suède (SD, extrême-droite), partisans d'une ligne dure, à mettre un terme à l'accord de Tidö, voire à la coalition elle-même. 


Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

En France, c'est un combat plus spirituel qui s'est déroulé sur le thème des migrations. Deux articles du Grand Continent rappellent le contexte historique et religieux de la messe présidée par le pape François à Marseille le 23 septembre. 

Provoquant la consternation prévisible des conservateurs français, le pape François a saisi l'occasion pour condamner la "propagande alarmiste" et plaider en faveur d'une assistance humaine aux exilés. Marseille, le deuxième plus grand port de la Méditerranée, était en cela un lieu approprié, comme l'explique Jean-Benoît Poulle. Autrefois "carrefour de civilisation", la Méditerranée est devenue ces dernières années, selon le pape, un véritable "cimetière sous-marin".

Gilles Gressani fait, lui, remonter les paroles du pape à celles prononcées par l'ancien archevêque de Milan Carlo Maria Martini en 1990. Lorsque le pape suggère que la Méditerranée "crie justice, avec ses rivages qui, d'un côté, respirent l'abondance, le consumérisme et le gaspillage, et de l'autre, la pauvreté et l'instabilité", il fait en vérité écho à la déclaration de Martini selon laquelle la migration est "une invitation à inverser le cours décadent vers le consumérisme et la satisfaction facile de nos possessions”.

Sans grande surprise, la migration s'avère être l'un des facteurs du succès électoral de l'extrême droite en Flandre, écrit le média néerlandophone belge Knack (payant). 

Il y a quatre ans, l'historien Davide Cantoni avait conclu que l'Alternativ für Deutschland (AfD, extrême droite) rencontrait plus de succès dans les régions d’Allemagne où les national-socialistes d'Adolf Hitler avaient eu le plus de succès en 1933. Inspirés par cette analyse, les politologues Marc Hooghe et Dieter Stiers, basés à Louvain (Belgique), ont voulu déterminer si des "continuités géographiques" similaires pouvaient être identifiées en Flandre. Au lieu de 1933, ils comparent les élections de 1936 et de 2019, deux périodes où l'extrême gauche – le Parti communiste de Belgique (PCB) et le Parti du travail de Belgique (PTB) – et l'extrême droite – l'Union nationale flamande (VNV) et le Vlaams Belang (VB) – ont obtenu des résultats particulièrement bons.

Il est intéressant de noter que Hooghe et Stiers constatent que cette continuité n'existe que pour l'extrême-gauche et non pour l'extrême-droite. Ils constatent toutefois une certaine continuité entre les régions où l'extrême droite a eu moins de succès, à savoir les grandes villes dont la population est plus diversifiée et plus instruite ("l'extrême droite et l'enseignement supérieur, en règle générale, ne font pas bon ménage", résument-ils). Les chercheurs soulignent que les partis anti-immigration réussissent mieux dans les régions où celle-ci est moins importante. Même en 1936, la population des villes était relativement diversifiée, ces dernières accueillant par exemple des travailleurs d'Europe de l'Est et des Juifs fuyant l'antisémitisme.   


Plus de choix

Larmes, compromis, divorce : ce que c’est que de quitter le Royaume-Uni à cause du Brexit

Nando Sigona | The Conversation | 18 septembre 2023 | FR

Le Brexit a imposé des choix douloureux à de nombreux Européens vivant au Royaume-Uni. Nando Sigona rapporte les expériences des familles vivant outre-Manche et confrontées à l'impact du divorce britannique, en particulier celles des couples qui ne partagent pas la même nationalité. Les familles ont, selon lui, suivi deux stratégies principales : soit un départ commun vers une destination convenant à tout le monde, soit un départ “différé”, certains membres de la famille émigrant d'abord avant d’être rejoints par leurs proches ensuite. L'histoire de Maria, qui a divorcé de son mari britannique en raison du Brexit, met en évidence la charge émotionnelle et les revers imprévus que peut impliquer ce genre de chamboulement politique.

La Belgique se réchauffe, le vin gagne sur la bière

Mehdi Laïdouni | Reporterre | 29 septembre 2023 | FR

Principalement connue pour sa bière, la Belgique est en train de devenir un acteur important de l'industrie du vin, avec 259 producteurs de vin en 2022 et une réputation de qualité grandissante. La production locale de vin bénéficie d'un savoir-faire et de conditions météorologiques favorables – notamment grâce au changement climatique – permettant de cultiver la vigne dans des régions autrefois inadaptées. Les viticulteurs belges explorent également de nouvelles approches innovantes, telles que le développement de cépages interspécifiques, afin de s'adapter aux conditions climatiques changeantes et de réduire l'utilisation de pesticides.

Murdoch a empoisonné la vie publique pendant 70 ans, mais nous avons encore une dette envers lui

Alan Rusbridger | Prospect | 24 septembre 2023 | EN

Alan Rusbridger, qui a été rédacteur en chef du Guardian pendant 20 ans, évoque l'héritage complexe du magnat des médias Rupert Murdoch. Tout en reconnaissant sa contribution au journalisme, Rusbridger souligne les importants manquements éthiques et professionnels au sein de l'empire médiatique de Murdoch, notamment le scandale du piratage téléphonique de 2009. L’ancien rédacteur en chef passe également au crible l'influence considérable qu’aura eu Murdoch sur la politique et les médias dans de nombreux pays – et rappelle par là les questions que soulève la concentration du pouvoir médiatique entre les mains d'un seul individu.

Dix choses à savoir sur les punaises de lit

Romain Métairie | Libération | 29 septembre 2023 | FR

Les réseaux sociaux et les médias français sont depuis peu envahis par des discussions sur les punaises de lit, beaucoup craignant qu'elles ne posent problème lors des Jeux olympiques de l'année prochaine. Romain Métairie revient sur la résurgence de la Cimex lectularius en France et sur les défis qu'elle pose. Les punaises de lit sont de petits insectes suceurs de sang qui s'attaquent principalement aux humains la nuit, attirés par la chaleur corporelle et les émissions de CO2. Les modes de vie mondialisés et nomades, encouragés par les plateformes de partage de logements comme Airbnb, contribuent à la propagation des punaises de lit. Les coûts économiques et sanitaires des infestations de punaises de lit sont considérables, ce qui a incité les Français à réclamer des mesures de prévention et d'assistance plus importantes.

En partenariat avec Display Europe, cofinancé par l'Union européenne. Les points de vue et opinions exprimés n'engagent cependant que leur(s) auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement ceux de l'Union européenne ou de la Direction générale des réseaux de communication, du contenu et de la technologie. Ni l'Union européenne ni l'autorité subventionnaire ne peuvent en être tenues pour responsables.
Display Europe, European Cultural Foundation, European Union

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’abonnement et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet