Entretien Plan de relance européen

Thomas Piketty: “Pour l’UE, c’est le moment d’avancer avec un petit nombre de pays, plus fort et plus loin”

Pour l’économiste français, il est grand temps de dépasser les blocages actuels au sein de l’UE en partie dus à la règle de l’unanimité, avec une tête de pont. Il en va de la capacité de l’Union à renouer avec de nécessaires grandes ambitions sociales et politiques.

Publié le 10 décembre 2020 à 16:15

Voxeurop: vous codirigez le Laboratoire mondial des inégalités. Quel impact la pandémie va-t-elle avoir justement sur les inégalités ?

Thomas Piketty: La pandémie va accroître les inégalités et même si on n’a pas toutes les données, on voit déjà que les bas revenus, les salariés précaires ont subi des pertes de revenus très importantes, alors qu’à l’inverse, les plus hauts revenus ont réduit leur consommation et ont donc augmenté leur capacité d’épargne. Les inégalités de patrimoine seront donc encore reparties à la hausse. 

En soi, la libre circulation de l’investissement et des biens et services n’est pas une mauvaise chose. Mais à condition que l’on ait automatiquement un système de règles communes, en particulier un système de régulation commune et d’imposition des revenus de capitaux et des bénéfices des entreprises. L’erreur a été d’aller sur des traités de libre circulation des capitaux sans que rien n’ait été prévu pour échanger les informations et avoir une règle fiscale juste vis-à-vis de tous ceux qui ne peuvent pas se déplacer et fuir comme ça leurs obligations. Sinon, on construit une machine où seuls les acteurs économiques les plus mobiles, les plus puissants peuvent échapper à l’impôt en appuyant sur un bouton après s’être enrichis, et déplacer les actifs et les richesses accumulées dans une autre juridiction, en ayant quand même utilisé les infrastructures d’un pays, son système de santé, etc. 

C’est vraiment une machine à faire détester l’Europe et plus généralement la mondialisation par les groupes sociaux les moins mobiles, les classes populaires et les classes moyennes inférieures. En tant qu’européen et social-fédéraliste, cela m’attriste terriblement de voir, enquête d’opinion après enquête d’opinion, référendum après référendum, que ce sont les classes populaires qui manifestent le plus fort scepticisme. 

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail, chaque jeudi

Les conséquences politiques sont terribles. L’idée selon laquelle c’est uniquement la folie des Britanniques qui les a conduits au Brexit me paraît illusoire. Le système institutionnel européen a été conçu au départ pour organiser simplement une zone de libre-échange pour les biens et services. Il n’y avait pas vraiment besoin de budget, de fiscalité. On pensait donc qu’on n’avait pas vraiment besoin d’aller plus loin en termes d’intégration politiq…

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet