Décryptage Attaque russe contre l'Ukraine

Timothy Garton Ash : La guerre contre l’Ukraine changera à jamais le visage de l’Europe

Le 24 février, la Russie a envahi l'Ukraine, et le futur immédiat paraît bien sombre. Mais voici ce que nous, Occidentaux, pouvons faire pour aider les Ukrainiens - et nous-mêmes.

Publié le 25 février 2022 à 13:28

Pourquoi faisons-nous toujours la même erreur ? Oh, il n'y a que quelques problèmes dans les Balkans, disons-nous - et puis un assassinat à Sarajevo déclenche la Première Guerre mondiale. Oh, la menace d'Adolf Hitler contre la Tchécoslovaquie est "une querelle dans un pays lointain, entre des peuples dont nous ne savons rien" - et nous nous retrouvons dans la Seconde Guerre mondiale. 

Oh, l’agression de la lointaine Pologne par Joseph Staline après 1945 ne nous regarde pas - et nous nous retrouvons bien vite en pleine guerre froide. Aujourd'hui, nous nous sommes encore trompés, en ne nous réveillant que trop tard pour comprendre toutes les implications de l’invasion de la Crimée par Vladimir Poutine en 2014. Et voilà que, le jeudi 24 février 2022 - une date qui entrera immédiatement dans les livres d'histoire - nous en sommes au même point, vêtus uniquement des lambeaux de nos illusions perdues.

Dans de tels moments, nous avons besoin de courage et de résolution, mais aussi de sagesse. Cela inclut le soin que nous apportons à l'usage des mots. Ce n'est pas la troisième guerre mondiale. Mais c'est déjà quelque chose de bien plus grave que les invasions soviétiques de la Hongrie en 1956 et de la Tchécoslovaquie en 1968. Les cinq guerres qui se sont déroulées dans l'ex-Yougoslavie dans les années 1990 ont été terribles, mais les conséquences internationales qui en ont découlé n'étaient pas de cette ampleur. Il y avait de courageux résistants à Budapest en 1956 ; mais aujourd’hui en Ukraine, nous avons tout un Etat indépendant et souverain muni d’une grande armée, ainsi qu’un peuple qui se déclare déterminé à résister. Il est à présent clair que les Ukrainiens résistent par tous les moyens. Leur armée se bat vaillamment et les civils se pressent pour s'enrôler dans les unités armées territoriales. Il s'agit déjà de la plus grande guerre en Europe depuis 1945.


Ce n'est pas la troisième guerre mondiale. Mais c'est déjà quelque chose de bien plus grave que les invasions soviétiques de la Hongrie en 1956 et de la Tchécoslovaquie en 1968


Ils font face à la force écrasante de l'une des plus grandes puissances militaires du monde, avec des troupes conventionnelles bien entraînées et équipées, et quelque 6 000 armes nucléaires. La Russie est désormais le plus grand État voyou du monde. Il est dirigé par un président qui, à en juger par ses crises d'hystérie de cette semaine, a quitté le domaine du calcul rationnel - comme les dictateurs isolés finissent en général par le faire tôt ou tard. Soyons clairs : lorsque, dans sa déclaration de guerre de jeudi matin, il a menacé quiconque "tente de se mettre en travers de notre chemin" de "conséquences que vous n'avez jamais vues dans votre histoire", il nous menaçait de guerre nucléaire.

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet