Un tournant libéral pour l’Europe ?

Publié le 29 septembre 2009 à 13:21

Cover

« Qui va là ? » sur fond de perspectives noires et jaunes en Une de la TAZ. Conservateurs (CDU/CSU) et libéraux (FDP) allemands – dont ce sont les couleurs – vont diriger le plus grand Etat membre de l’Union européenne. Avec vingt-et-un gouvernements conservateurs face à six socialistes, « le changement à Berlin signifie un changement pour l’Europe« , écrit la Tageszeitung. Premier point, le marché intérieur: « L’idée qu’un marché sans frontières est aussi un marché du travail où nous avons besoin de normes sociales minimales s’est imposée très lentement. Avec le gouvernement allemand, le salaire minimum n’est plus à l’ordre du jour« . Les énergies alternatives doivent quant à elles s’attendre à un coup dur : « La Finlande, le Royaume-Uni et la France s’apprêtent à construire de nouvelles centrales nucléaires. La Belgique veut reconsidérer la sortie du nucléaire. L’Allemagne aussi désormais« , remarque le quotidien berlinois, les libéraux allemands souhaitant négocier des accords juteux pour l’industrie sur le marché des émissions. Troisièmement, la réglementation des marchés financiers: à la différence de ses homologues européens, le FDP ne souhaite pas trop harmoniser les règles pour les banques. Seuls les droits civiques pourraient profiter de la nouvelle coalition: « Le FDP veut lutter contre la manie d’archiver les données personnelles« , note la TAZ.

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet