Idées Europe, colonisation et mémoire
Détail du monument aux Italiens morts en Afrique, à Syracuse.

Erigeons des monuments aux victimes pour guérir la blessure de la colonisation

Voulu par Mussolini pour rendre hommage à l’aventure coloniale fasciste, le monument aux Italiens tombés en Afrique à Syracuse est l’emblème de la question non résolue de l’Italie et de l’Europe du rapport à leur passé colonial, soulevée récemment à la suite de la vague de contestation Black Lives Matter aux Etats-Unis. Selon l’écrivaine italo-somalienne Igiaba Scego, c’est une blessure qu’il faut soigner, ne serait-ce qu’en commençant par les symboles.

Publié le 8 juillet 2020 à 11:00
Tonio86 | Wikimedia  | Détail du monument aux Italiens morts en Afrique, à Syracuse.

Syracuse est l’un des lieux les plus fascinants et évocateurs d’Italie. Dès l’époque romaine, Cicéron l’appelait la plus belle ville de la Grande-Grèce. C’est ici que les Phéniciens et les Grecs faisaient du commerce, c’est ici que s’envisageait l’avenir, et jusqu’à la conquête des Romains, Syracuse était un carrefour important de ce macrocosme qu’était la Méditerranée. La ville, comme toute la Sicile, a connu des razzias, des conquêtes, des moments de décadence entrecoupés de périodes plus fastes. Au fil du temps, les Arabes, les Byzantins, les Normands, les Souabes et les Aragonais sont passés par là. Et ces passages ont laissé une empreinte sur un paysage à couper le souffle.

L’on ignore souvent que Syracuse était également une ville fasciste, dans la mesure où le fascisme en a fait l’un de ses avant-postes les plus célèbres et les plus malmenés. Benito Mussolini ne l’a pas appelée par hasard “la capitale coloniale”, car c’est des côtes de Syracuse qu’a été entreprise la conquête de l’Afrique des années 30 du siècle dernier. Sa position géographique permettait au régime fasciste d’assurer toutes sortes de fournitures, des vivres pour les soldats jusqu’aux armements.

En effet, la ville était reliée à la Libye colonisée par un service maritime, et même le service postal, qui arrivait à Mogadiscio et à Asmara, partait de Syracuse et traversait la Libye. La ville sicilienne était reliée à Tripoli et Benghazi par des câbles sous-marins. En bref, être au centre de cette histoire coloniale a été un moment qu’encore aujourd’hui certains considèrent (à tort) comme une grande fierté de la ville. Il faut cependant rappeler que ça n’a pas duré longtemps : au fil des années, d’autres avant-postes siciliens comme Catane ont été préférés à Syracuse.

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

L’histoire coloniale sujette à l’oubli

De tout ce passé fasciste, et surtout colonial, demeure aujourd’hui un complexe monumental baptisé Monument aux Italiens tombés en Afrique qui surplombe, incontesté, la Piazza dei Cappuccini sur le front de mer de la ville. Les habitants, mais aussi les touristes y vont pour le paysage, parmi les plus beaux de la ville, mais rares sont ceux qui regardent ces statues et se demandent ce qu’elles font là. L’histoire de ce complexe monumental est intéressante et représente presque une tendance européenne sur la façon dont, sur l’ensemble du continent, l’histoire coloniale a été sujette à l’oubli ou, pire, à la démystification. Quelque chose qui a été vécu, mais “mieux vaut ne pas en parler”.

Quelque chose qui, bien qu’il y ait eu un refoulement des institutions et de chaque famille italienne/européenne (qui compte dans ses rangs des grands-pères, des pères ou des oncles qui sont allés dans cette Afrique), revien…

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet