“L’Occident laisse faire l’Algérie”

Publié le 21 janvier 2013 à 09:24

Cover

Les critiques initiales contre l’intervention de l’armée algérienne pour mettre fin à la prise d’otages à In Amenas “semblent s’être tues parce qu’aucun pays n’est prêt à risquer sa relation avec l’Algérie pour une poignée d’otages”, estime le quotidien.
Seul le Japon a ouvertement critiqué l’Algérie. Mais, rappelle Trouw, la France utilise l’espace aérien algérien pour mener la guerre au Mali, Obama a besoin d’Alger dans la lutte contre le terrorisme et, de manière générale, la plupart des pays dont des ressortissants étaient otages ont d’importants intérêts pétroliers et gaziers.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet