Actualité Guerre et patrimoine culturel

Le patrimoine culturel de l’Ukraine, victime lui aussi de l’aggression russe

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des centaines de sites appartenant au patrimoine culturel ukrainien ont été détruits et des milliers d’objets historiques rares ont été volés. Le ministère de la Culture dénombre pas moins de 367 crimes de guerre contre le patrimoine culturel ukrainien, rapporte The Kyiv Independent.

Publié le 9 juin 2022 à 11:04
Cet article est réservé à nos membres

En 1937, Pablo Picasso, pourtant considéré comme l’un des plus grands peintres de l’Histoire, reconnaissait après avoir assisté à une exposition à Paris : “Je ne peux que m'incliner devant le miracle artistique réalisé par cette brillante Ukrainienne. Il faisait référence à la peintre Maria Prymachenko et à ses peintures appartenant au mouvement de l’“art naïf”. Le 26 février 2022 soit près de 85 ans après, 25 de ses œuvres ont failli partir en fumée lorsque l’armée russe a ouvert le feu sur un musée du village d’Ivankiv, dans l’oblast (région) de Kiev. D’autres pièces du musée, telles que les œuvres de la brodeuse ukrainienne Hanna Veres, n’ont quant à elles pas survécu à l’incendie.

Poutine veut détruire le patrimoine et la culture européens, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus la moins trace”, expliquait début mars le ministre de la culture ukrainien Oleksandr Tkachenko.

Près de 100 jours après l’invasion de l’Ukraine lancée par le Kremlin, on dénombre des centaines de sites appartenant au patrimoine culturel du pays détruits et des milliers d’objets historiques rares volés. Le 27 mai, le ministère de la Culture signalait 367 crimes de guerre contre le patrimoine culturel ukrainien, dont la destruction de 29 musées, 133 églises, 66 théâtres et bibliothèques et d’un cimetière juif. Ce cimetière situé à Hlukhiv, dans l’oblast de Soumy, – véritable lieu de pèlerinage pour les Juifs – a été touché par deux missiles russes le 8 mai.

Les Russes veulent à tout prix détruire notre culture afin d’attaquer une part de notre identité, celle qui différencie l’Ukraine de la Russie”, explique Olha Honchar, la cofondatrice du Museum Crisis Center, dans des propos repris par le média américain Bloomberg. “Ce n’est plus un secret pour personne : la Russie bombarde volontairement des musées, des archives et des théâtres.

Vagues de destruction massive

La barbarie russe ne s’arrête pas à la destruction du musée d’Ivankiv. En effet, les bombardements détruisent aussi de nombreux objets artefacts de l’histoire du pays.

Depuis le début de la guerre, l’oblast de Kharkiv situé à la frontière russe, est la région la plus touchée par les bombardements, qui ravagent ses œuvres d’art et ses monuments. A la mi-mai, les statistiques étaient sans appel : un crime contre le patrimoine culturel ukrainien sur quatre avait eu lieu dans cette région.


Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi


La plupart des crimes commis dans cette région (79 cas) ont eu lieu à Kharkiv même, la capitale régionale et la deuxième plus grande ville d’Ukraine. Début mars, les vitres du musée d’art de Kharkiv, qui abritait 25 000 chefs-d'œuvres d’artistes ukrainiens et du monde entier, ont été détruites par un incendie. Selon Marina Filatova, la directrice du département d’art étranger, une copie du célèbre tableau du peintre ukrainien Ilia Répine, “Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie”, a pu être sauvée. La version originale de ce tableau se trouve dans un musée en Russie, tout comme de nombreuses œuvres réalisées par des Ukrainiens à l’époque de l’Empire russe.

Toutefois, il faudra attendre la fin de la guerre pour pouvoir évaluer avec précision l’état des nombreux autres tableaux, tout aussi rares et anciens, des pièces que le personnel du musée a dû mettre à l’abri dans la précipitation. 

Dans la nuit du 7 mai, des missiles russes ont frappé le musée et la demeure historique du célèbre poète et philosophe Grigori Skovoroda, située au cœur du village de Skovorodynivka, dans l’oblast de Kharkiv. Le bâtiment a subi de graves dommages, et de nombreuses œuvres de grande valeur ont été ensevelies sous les décombres. “Même des terroristes ne s’attaqueraient pas à des musées”, a déclaré le président Volodymyr Zelensky en réponse à cette attaque. “Pourtant, c’est bien ce genre d’armée qui nous attaque.

La ville de Marioupol, dans l’oblast de Donetsk, a été particulièrement touchée par les bombes : 53 de ses  sites historiques sont partis en fumée, dont son théâtre, construit à la fin d…

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet