Reportage Migration et démographie
Der Eingang zur Siedlung Stețcani in der Nähe von Miclești. | Photo : ©Théodore Donguy Stetcani ©Théodore Donguy

Prise dans la spirale de la précarité, la Moldavie fait face à un inexorable dépeuplement

La Moldavie enregistre le pire déclin démographique en Europe. Instabilité politique, mauvaises conditions de vie et menace russe, les raisons de fuir leur pays sont nombreuses selon les locaux. Celles et ceux qui partent laissent derrière eux des villages devenus fantomatiques.

Publié le 22 novembre 2023 à 11:39
Stetcani ©Théodore Donguy Der Eingang zur Siedlung Stețcani in der Nähe von Miclești. | Photo : ©Théodore Donguy

Costea Haiducu est viticulteur. Le sexagénaire habite Stețcani, un village au nord de la capitale de la Moldavie, Chișinău. Si aujourd’hui la population de Stețcani ne dépasse pas la centaine, ça n’a pas toujours été le cas : “Les seuls qui restent sont les vieux de 60 ans, comme moi. Les gens fuient ce pays et ça me fait beaucoup de peine. C’est devenu normal dans les villages ici”, regrette Haiducu. Dès que les habitants en ont l’opportunité, ils laissent derrière eux leurs habitations dans l’espoir d’une vie meilleure, dans la capitale ou à l’étranger. Et dans le sillage de cet exode massif ne restent que des villages désertés aux airs fantomatiques. 

Moldova Migration empty town
Dans le centre de Stețcani, Costea Haiducu évoque avec tristesse l’état de son village. | Photo : ©Théodore Donguy

“Les jeunes ne sont pas les seuls à quitter le pays”, explique l’homme vêtu d’un bleu de travail délavé. Si la plupart des gens essaient en général de rejoindre la capitale, les plus aisés prennent directement la route de l’Europe de l’Ouest. De cet exode, Costea est une victime directe : “ma femme est partie travailler en Italie il y a 10 ans. Elle me manque tellement”. Les larmes aux yeux, le vieil homme retourne vers sa petite habitation, laissant derrière lui la seule route goudronnée du village.

Depuis son indépendance en 1991 après l’effondrement de l’URSS, ce pays encastré entre la Roumanie et l’Ukraine est l’un des plus pauvres d’Europe. De la taille de la Belgique et peuplée de 2,6 millions d’habitants – dont un tiers vit et travaille à l’étranger – la Moldavie s’est souvent retrouvée tiraillée entre autoritarisme et démocratie. 

Ce sont les villages du pays qui ont payé le prix de cette instabilité : manque d’investissements dans les infrastructures publiques, apparition de déserts médicaux et transports publics inexistants.150 villages de plus pourraient disparaître au prochain recensement de la population”, explique le démographe moldave Valeriu Sainsus. 

Moldova Migration empty town crop field
 À Miclești, village voisin de Stețcani, une fermière va nourrir ses chèvres, qui ont pour abri une maison inachevée. | Photo: ©Théodore Donguy

Dans les campagnes du pays, les chiens errants sont parfois plus nombreux que les humains. Les carcasses de maisons abandonnées, parfois encore en chantier, se transforment peu à peu en niches en ce début d’hiver. 


Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Des chemins de l’exil bien tracés

Les chemins de l’exil, empruntés depuis trente ans, sont bien établis, et les moyens de quitter le pays ne manquent pas. Chaque mercredi et vendredi, la même scène se répète à la gare routière de Chișinău : à 10h15, un bus de la société EuropaTur prend la route pour Paris. Colea, Moldave d’une trentaine d’années, quitte une fois de plus sa compagne pour   rentrer travailler dans l’Hexagone. Il lui faudra plus de 20 heures de route pour rejoindre la capitale française.

En 2023,

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet