Décryptage Les Européens et la pandémie

La leçon d’une année de Covid-19 : Europe, bouge-toi !

La pandémie qui a débuté il y a un an en Europe cette semaine met à l'épreuve l'Union. Si elle veut la franchir, il lui faut fournir des résultats aux citoyens, à commencer par les vaccins, estime le politologue Timothy Garton Ash.

Publié le 11 mars 2021 à 16:03

Il y a un an jour pour jour cette semaine (le 9 mars 2020), nous apprenions avec stupéfaction que l'Italie décrétait l’état d'urgence pour lutter contre un nouveau virus étrange qui arrivait apparemment de quelque part en Chine. En l'espace de quinze jours, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni ont suivi. Et nous voilà, un an plus tard, toujours en état d'urgence.

Nous travaillons à la maison et vivons en ligne. Nos enfants sont devenus des babyzoomers. La phrase “Vous êtes en sourdine” est désormais celle que l’on entend le plus fréquemment. Les masques et la “distanciation sociale” nous semblent presque normaux. Nos langues ont acquis une toute nouvelle charge virale d'images : “Deuxième vague”, “aplatissement de la courbe”, “immunité collective”, “variant britannique”. Les démographes suivront les effets à long terme de cette année de Covid pendant un siècle. Certains parlent déjà d’une génération C.

Ce n’est pas la première expérience européenne partagée, il y a eu 1968 ou la fin de la guerre froide, mais il faut remonter à la Seconde guerre mondiale pour en trouver une qui ait simultanément touché autant d'Européens dans leur vie quotidienne. Depuis 1945, quand avons-nous été aussi conscients que nos actions individuelles, et celles de nos gouvernements, pouvaient directement déterminer si nous, et ceux que nous aimons, allions vivre ou mourir ? Pourtant, cette fois-ci, nous, Européens, ne nous sommes pas battus les uns contre les autres, mais contre un ennemi commun : ce virus à pointes qui mute diaboliquement, un Hitler dans le sang, un Staline dans les poumons.

Cette menace extérieure commune aurait dû nous rassembler. Mais cela a-t-il été le cas ? Et que se passera-t-il lorsque l’élan de solidarité s'estompera et que les impacts à long terme, différents selon les pays, deviendront visibles ? L'Union européenne en sortira-t-elle finalement plus forte ou plus faible ? La réponse ne se trouve pas dans les étoiles mais en nous-mêmes. 

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Jusqu'à présent, la réponse de l'UE au Covid est marquée par un grand succès et un grand échec. 

Le succès, c'est l'accord conclu l'été dernier sur un budget septennal et un fonds de relance européen spécifique (Next Generation EU), dont le montant total s'élève à plus de 1 800 milliards d'euros. En introduisant une mutualisation de la dette, le fonds de relance a été le plus grand pas en …

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet