Mano a mano

Publié le 13 juillet 2022 à 12:43

Lobbying en haut lieu, dissimulation d’informations et exploitation de l’opinion publique : c’est à ce prix qu’Uber a conquis le monde, ainsi que révèle les Uber Files, une vaste enquête de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) à laquelle ont collaboré 40 médias partenaires dont Le Monde, The Guardian ou encore L’Espresso. Basée sur plus de 124 000 documents confidentiels appartenant à la plateforme de voitures de transport avec chauffeur (VTC) américaine et récupérés par The Guardian, l’enquête met en lumière les pratiques agressives employées, entre 2013 et 2017, par Uber pour s’implanter – parfois de force – à plusieurs endroits du monde.

Plusieurs personnalités politiques d’envergure internationale ont ainsi été approchée, avec plus ou moins de succès, par la firme californienne : l’actuel chancelier allemand Olaf Scholz (alors maire d’Hambourg), le président américain Joe Biden (vice-président à l’époque) ou encore George Osborne lorsqu’il était chancelier de l’Echiquier. Elle semble avoir trouvé un allié particulier en la personne de l’actuel président français Emmanuel Macron, lorsqu’il était ministre français de l’Economie ; celui-ci aurait fréquemment rencontré des représentants d’Uber, en plus d’assister celle-ci dans son lobbying, en secret et contre l’opinion de son propre gouvernement. L’ancienne commissaire européenne Neelie Kroes aurait quant à elle œuvré en faveur de Uber auprès du gouvernement néerlandais pendant la période de latence qui a suivi la fin de son mandat à Bruxelles, avant de rejoindre le comité consultatif de la société, avec un cachet de 200 000 euros à la clé.

Les Uber Files révèlent également l’exploitation des mouvements sociaux et de la violence à des fins de communication, et une habitude avérée de destruction des informations confidentielles, incarnée par un “kill switch”, un protocole permettant de couper l’accès aux données de l’entreprise en cas de perquisition.


Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi


Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet