Comment Bakou s’est acheté une respectabilité

L’organisation de l’édition 2012 de la grande kermesse pop par l’Azerbaïdjan, loin d’être une démocratie modèle, suscite des réserves en Europe. Et nombreux sont ceux qui, comme ce journaliste estonien, dénoncent la complaisance envers le régime de Bakou.

Publié le 25 mai 2012 à 10:14

L’Azerbaïdjan, qui accueille à partir du 22 mai le concours Eurovision de la chanson 2012 [la finale aura lieu le samedi 26 mai], n’a de cesse de se proposer pour organiser des événements de portée internationale. Bakou a d’abord postulé pour organiser les Jeux Olympiques de 2016 mais sa candidature n’a pas été retenue. Il en fallait plus pour décourager le pays qui aujourd’hui, dépose son dossier pour les JO de 2020 et, au cas où, pour le Championnat d’Europe de football de la même année.

Cela indique que l’Azerbaïdjan se sent à l’aise et s’estime attendu dans les forums internationaux. Il se considère comme« un partenaire stratégique »aussi bien des États-Unis que de l’Union européenne. Même au Parlement estonien, 14 personnes siègent au sein du groupe d’amitié pour l’Azerbaïdjan. Les Estoniens qui défendent les droits de l’homme dans l’ex-bloc de l’Est évitent de se prononcer au sujet de l’Azerbaïdjan : [pour eux] Minsk, Moscou, et ces derniers temps Kiev, sont des sujets inquiétants en matière de droits de l’homme, mais pas Bakou.

Pourquoi ? L’Azerbaïdjan est-il si différent de la Biélorussie notamment ? Bakou n’est-elle pas la capitale d’une dictature ? Poser la question, c’est y répondre et pourtant, on fait semblant de ne rien remarquer. Les opposants au gouvernement sont connus car ils n’ont pas été totalement condamnés au silence mais ils n’ont plus aucune marge de manœuvre.

L’Etat où va se dérouler une fête internationale joyeuse est en réalité un endroit où il y a une dizaine de prisonniers politiques et des journalistes emprisonnés. Et ils ne sont pas moins nombreux qu’en Biélorussie. On s’entend avec l’Azerbaïdjan à cause du pétrole. Contrairement à beaucoup d’autres Républiques ex-soviétiques, le pays des Azéris n’est pas un pays pauvre. Le Kazakhstan est également un pays qu’on traite avec respect bien qu’il s’agisse aussi d’un pays autoritaire.

Et même si leur réputation n’est pas bonne, on sait qu’avec l’argent, on obtient pas mal de choses. Il y aura toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un à Londres ou ailleurs travaillant dans un bureau qui accepte les fonds d’un pays autoritaire tout en l’aidant à se créer une image dorée. Ou du moins une image qui ne rappellerait pas la vie et la réalité du pouvoir dans ce pays.

Vu d’Azerbaïdjian

L’Eurovision sous le signe de la contestation

“L’approche du concours de l’Eurovision donne la migraine aux autorités azéries !” s’exclamait récemment le quotidien de Bakou Zerkalo. Alors que Michelle Roverelli, porte-parole du célèbre concours international de la chanson, s’insurgeait contre*“la politisation de cet événement festif”*, critiques et menaces concernant le bon déroulement du concours fusaient de toutes parts, notamment en provenance de l’Allemagne et de certaines ONG internationales qui ont appelé au boycott.

A l’intérieur du pays, les défenseurs des droits de l’homme et l’opposition manifestent depuis plusieurs semaines pour attirer l’attention de la communauté internationale sur *“les persécutions contre les opposants, les entraves à la liberté de manifestation, de parole et de presse, l’absence de réformes économiques, la situation déplorable des droits de l’homme”. Pour la première fois, lors d’un rassemblement, les manifestants ont exigé la démission du président Ilham Aliev. Une série de manifestations sont prévues pendant la durée du concours. Quant aux islamistes radicaux, ils ont fait savoir dans un communiqué rapporté par le site azéri Aze, que l’Eurovision était “un cauchemar pour tous les musulmans”* et que les invités et les participants feraient l’objet d’attaques.

Catégories

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet