Enquête Indian Chronicles | 2
Henri Malosse (2e depuis la gauche), Narendra Modi (3e) et Madi Sharma (4e).

Comment la machine de désinformation indienne à Bruxelles transforme le conflit au Cachemire en guerre contre le djihadisme

À travers plusieurs faux journaux accueillant des tribunes d’eurodéputés complaisants, le groupe Srivastava étend en douce son influence à Bruxelles. Deuxième épisode de l’enquête en quatre volets des Jours suite aux révélations de l’ONG EU DisinfoLab sur le réseau de lobbying et de désinformation crée et entretenu par le holding indien au profit du gouvernement nationaliste de New Delhi.

Publié le 26 janvier 2021 à 14:30
Gianluca Costantini pour Voxeurop  | Henri Malosse (2e depuis la gauche), Narendra Modi (3e) et Madi Sharma (4e).

“Je tiens à exprimer mes salutations les plus sincères et les plus chaleureuses au Premier ministre Modi en cette fête de l’indépendance de l’Inde. C’est un plaisir de voir l’Inde exceller sous votre direction dynamique à un moment où le monde se bat contre le Covid-19.” Ce message amical, c’est celui de l’eurodéputé Rassemblement national Thierry Mariani, dans une vidéo publiée sur Twitter le 14 août dernier par le compte du journal en ligne EU Chronicle.

Le compte Twitter d’EU Chronicle a été suspendu après ces révélations. Vous n’avez jamais entendu parler d’EU Chronicle (1) ? C’est normal : c’est l’un de ces faux médias créés de toutes pièces pour servir les intérêts de l’Inde et qui est au cœur des “Indian Chronicles”, les révélations de l’ONG EU DisinfoLab, auxquelles Les Jours ont eu accès, qui mettent en lumière une incroyable machine de guerre informationnelle et d’influence.


Les Indian Chronicles
À Bruxelles, la désinformation pro-New Delhi agit sous le nez de l’UE
Les “Gongos”, bras armé de la désinformation indienne à l’ONU
Comment la machine de désinformation indienne à Bruxelles transforme le conflit au Cachemire en guerre contre le djihadisme
Au cœur de l’Europe, un réseau de désinformation aussi secret qu’influent au service de New Delhi

L’ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy ne sera pas le seul à manifester sa sympathie au Premier ministre indien ce jour-là. L’ancien vice-président polonais du Parlement européen Ryszard Czarnecki (PIS, parti conservateur et eurosceptique) et le député européen italien Fulvio Martusciello (Forza Italia) participeront également l’un et l’autre à l’exercice, dans des vidéos diffusées le même jour par le même compte Twitter.  [...]

EU Chronicle n’est pas qu’un compte Twitter. Derrière, il y a un jeune journal, disponible uniquement en ligne et apparu pour la première fois au mois de mai 2020. Malgré un site web au design très basique et une présence sur les réseaux sociaux très limitée (seulement 400 abonnés sur Twitter, pas de page Facebook), le journal ne cache pas ses ambitions. Il fait même une promesse à ses lecteurs, celle d’entrer "dans un monde de connaissances, sagesse et vérité" et de se confronter à l’actualité d’une manière tout à fait nouvelle. En regardant plus en détail, le site semble n’agréger que des dépêches ou des communiqués de presse. Étrange. Pourtant, il assure travailler avec de vrais "journalistes indépendants" à Bruxelles. Mais là encore, certains indices permettent d’en douter.

L’ONG de lutte contre la désinformation EU DisinfoLab, dans son rapport du 9 décembre 2020, s’est d’ailleurs amusée à retracer la journée d’une « journalis…

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet