Economie souterraine

“La crise en Tchéquie a touché même des escrocs. Mais juste un peu”

Publié le 7 novembre 2013 à 10:54

Cover

2 152 milliards d’euros : tel est, d’après les experts de l’Université Johannes Kepler de Linz, en Autriche, le chiffre d'affaires du secteur informel annuel en Europe. Un tiers est représenté par le travail au noir.
Tout étant astronomique, il s’agit de l’estimation la plus basse de ces trois dernières années, ce qui dément l’hypothèse d’un regain de l’économie souterraine depuis que la crise financière et économique a éclaté, en 2008.
Bien au contraire, note le journal qui explique que le secteur informel subit une double pression avec d’un coté, "la crise et le manque d’argent ont touché des clients habituels des acteurs de l’économie souterraine, comme les prostituées ou les dealers de drogue". Et de l'autre, "les efforts des gouvernements pour grapiller chaque euro afin de colmater le déficit public", qui ont rendu la taxation plus efficace.
En République tchèque, l’économie informelle représente aujourd'hui 15,5 % du PIB, soit une baisse de 0,5 % par rapport a l’année dernière.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet