La Croatie responsable de crimes pendant la guerre de Bosnie

Publié le 30 mai 2013 à 13:20

Cover

111 ans de prison au total, pour six anciens responsables politiques et militaires des Croates de Bosnie. Le 29 mai, ils ont été reconnus coupables d’avoir mis en oeuvre, entre 1992 et 1994, un plan pour expulser les Musulmans et créer Herzég Bosna, une entité croate en Bosnie-Herzégovine dessinée selon les frontières de 1939 et qui aurait été annexée à la Croatie.
Le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie a condamné une "entreprise criminelle", annonce Novi list en une. Le quotidien de Rijeka précise que "la Croatie est reconnue coupable de l'agression en Bosnie-Herzégovine", car le verdict désigne également l’ancien président Franjo Tudjman, son ancien ministre de la Défense Gojko Šušak, et le général Janko Bobetko.
Après ce verdict, Novi list estime :

L’opinion publique doit faire face à ce qu’elle refuse de faire depuis 20 ans, à savoir que les crimes ont été commis…. La catharsis n’interviendra pas tant que nous n’aurons pas reconnu que ce qui est arrivé n’aurait pas dû arriver et que les plus hauts dirigeants de l’Etat croate ont leur part de responsabilité. Se mettre la tête dans le sable à un mois de l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne, en disant que nous sommes aujourd’hui un Etat différent de celui de 1993, et une société plus mûre qu’à l’époque, est immoral.

Jutarnji list, de son côté, note "l’inquiétude à Zagreb" et "la colère à Mostar", la "capitale" des Croates de Bosnie. Mais le quotidien de Zagreb rappelle que "les crimes commis par la HVO (l’armée des Croates de Bosnie-Herzégovine) étaient de notoriété publique", et que "la guerre entre les Croates et les Bosniaques a été menée militairement, logistiquement et dans une large mesure politiquement, de Zagreb".
Le quotidien souligne que "le verdict du tribunal de La Haye ouvre deux questions importantes" :

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Premièrement, on peut se demander (au moins jusqu’au procès en appel) si le tribunal a condamné les vrais coupables, et deuxièmement s’il s’agit d’une entreprise criminelle. [...] Car le conflit en Bosnie-Herzégovine a été complexe : d’un côté, l’intervention militaire contre l’Armée bosniaque a bien eu lieu, mais de l’autre côté, la Croatie a accueilli 200 000 réfugiés bosniaques et l’Armée bosniaque a été armée depuis le territoire croate.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet